All Posts By

jujuh91

Bla, Bla, Bla

Mes dernières lectures #1

3 juin 2020
IMG_4076

Nouvelles lectures, nouvelle chronique. Il est vrai qu’avec ce qui m’est arrivé, j’ai plongé la tête dans des lectures qui m’ont aidé à reprendre le droit chemin mais j’ai surtout repris du temps à lire, chose que je ne faisais plus du tout.

Dans ces 4 nouveaux romans, pas de déception, que des belles lectures !

  • Kilomètre 0 de Maud Ankaoua

IMG_4079

Résumé : Et vous, jusqu’où irez-vous pour sauver une amie ?

Maëlle, directrice financière d’une start-up en pleine expansion, vit le rythme effréné de ses journées ; sa vie se résume au travail, au luxe et à sa salle de sport. Ses rêves… quels rêves ? Cette vie bien rodée ne lui en laisse pas la place jusqu’au jour où sa meilleure amie, Romane, lui demande un immense service. Question de vie ou de mort. Maëlle, sceptique, accepte la mission malgré elle. Elle rejoint le Népal, où l’ascension des Annapurnas sera un véritable parcours initiatique. Quand la jeune femme prend conscience que la réalité n’est peut-être pas celle que l’on a toujours voulu lui faire croire… c’est sa propre quête qui commence. C’est au cours d’expériences et de rencontres bouleversantes que Maëlle va apprendre les secrets du bonheur profond et transformer sa vie. Mais réussira-t-elle à sauver son amie ?

Mon avis : J’ai dévoré ce roman qui m’avait été conseillé par une aide soignante à l’hôpital. Au début, en lisant juste le le titre, je n’avais pas compris pourquoi ce roman et puis au fil des pages, je me suis retrouvée petit à petit dans l’héroïne du livre. Kilomètre 0 est bien plus qu’un roman, il est juste captivant et tellement touchant. ce livre m’a juste profondément boulversé.

Au delà de l’histoire,  le livre vous invite à vous arrêter pour vous interroger sur des questions autour de notre vie, de nos besoins, de nos désirs. Ces derniers sont-ils en accord avec notre vie actuelle ? Si ce n’est pas le cas, quelles sont ces peurs qui vous empêchent de changer et surtout, comment les dépasser ? Nul besoin d’aller bien loin, car tel est le message de ce livre : VOUS avez EN VOUS les ressources pour changer, pour évoluer vers une vie lumineuse, épanouissante, aimante. Il ne vous reste plus qu’à vous mettre en marche !

Un livre riche d’enseignements. Un ouvrage à lire, relire, offrir ! Ce livre fait des partie des livres qui transforment, vraiment et il a un été un point de départ pour moi, une base.

Un passage marquant : « J’avais concentré mon temps et mon énergie aux éléments secondaires et je n’avais plus de place pour l’essentiel, je passais à côté de mon chemin. »

  • Cessez d’être gentils, soyez vrais de Thomas d’Ansembourg

Résumé : Nous avons tendance à dire plus facilement leurs quatre vérités aux autres plutôt que d’exprimer simplement ce qui se passe en nous. Exprimer sa vérité dans le respect d’autrui et de soi-même, voici le projet arrêtez d’être gentil soyez vrai. Faites-vous souvent l’effort d’inventorier les sentiments qui motivent vos jugements ? Etes-vous capables d’identifier les besoins refoulés et camouflés derrières vos propos ? Faites-vous aux autres des demandes réalistes et négociables ? Cessez d’être gentil soyez vrai ! vous propose de rencontrer l’autre sans cesser d’être soi.

Mon avis : Ce livre m’a été conseillé par ma coach, et à vrai dire on me l’avait même conseillé il y a quelques année plus tôt. Il devait bien y avoir une raison ! C’est un très bon bouquin sur la communication, avec les autres. J’ai choisi, sans faire exprès, le format avec les illustrations et c’est plutôt sympa même je pense que j’aurais pu m’en passer !

Un livre intéressant, qui donne à réfléchir et envie de s’essayer à un autre mode de communication. Mais dans la pratique, ça semble un peu plus compliqué à mettre en oeuvre !

Par contre je trouve que le titre ne correspond pas au contenu du livre. La gentillesse dont parle le livre n’est pas la bonté qui s’exerce gratuitement par un geste ou un don désintéressé. Il s’agit plutôt de la gentillesse de façade. Peu d’entre nous y échappe. Nous disons « Tout va bien » quand « Ca ne va pas », nous disons « Oui, nous reviendrons avec plaisir alors que nous pensons « Plus jamais de barbecue chez eux ». Bref, en faite nous sommes poussés à dire des choses socialement admissibles qui vont à l’encontre de nos pensées, besoins et souhaits réels.  A méditer !

Un passage marquant : « Voulez-vous des amis qui vous aiment pour ce que FAÎTES (vous répondez toujours oui, vous apportez une bonne bouteille, vous vous habillez joliment vous mettez de l’ambiance etc…) ou pour ce que vous ÊTES (une personne authentique, centrée en elle-même, consciente des parties de son être et donc de ses besoins, ayant la clairvoyance de les identifier et la force de les exprimer »

  • Le pouvoir du moment présent 

IMG_4080

Résumé : Le pouvoir du moment présent est probablement l’un des livres les plus importants de notre époque. Son enseignement simple et néanmoins profond a aidé des millions de gens à travers le monde à trouver la paix intérieure et à se sentir plus épanouis dans leur vie. Au cœur de cet enseignement se trouve la transformation de la conscience : en vivant dans l’instant présent, nous transcendons notre ego et accédons à  un état de grâce, de légèreté et de bien-être . Ce livre a le pouvoir de métamorphoser votre vie par une expérience unique.

Mon avis : Lorsque j’ai refermé Le pouvoir du moment présent pour la première fois, les jours qui ont suivi étaient beaucoup plus calmes et paisibles. Lors de la première lecture du Pouvoir du moment présent (en 2008), bien évidemment je me suis mis à faire attention à beaucoup plus de choses et à être beaucoup plus présent. C’est en fait un magnifique point de départ, mais les habitudes du mental reviennent au galop si vous ne maintenez pas vos efforts sur le long terme. Le livre est structuré sous forme de question/réponse, ce qui est plutôt sympa et de façon régulière, le lecteur est invité à arrêter sa lecture afin de méditer sur le sens profond de ce qu’il vient de lire. Mais par contre, il va falloir vous armer de patience pour le lire, car il n’est pas si facile à lire, demande beaucoup de réflexions. De plus, la densité est forte pour une personnes qui débute dans le développement personnel. C’est un livre qui est amené à être lu plusieurs fois !

Ce livre vous permettra de lâcher prise, de vous concentrer sur chaque moment de votre vie et vous rendra plus libérée et heureux.

Un passage marquant : « Alors cessez d’attendre, n’en faîtes plus un état d’esprit. Lorsque vous vous surprenez à glisser vers cet état d’esprit, secouez-vous, revenez au moment présent. Si vous êtes présent, vous n’avez jamais besoin d’attendre quoi que ce soit. Ainsi donc, la prochaine fois que quelqu’un vous dira : « Désolé de vous faire attendre », vous pourrez répondre : « Ca va, je n’attendais pas. J’étais tout simplement là, à m’amuser. »

  • La consolation de l’ange de Frédéric Lenoir

IMG_4081

Résumé : Après une tentative de suicide, Hugo, 20 ans, est réanimé et placé dans la même chambre d’hôpital que Blanche, une vieille dame au crépuscule de son existence. Entre ce jeune homme qui n’attend rien et cette femme qui mesure le prix de chaque instant, un dialogue se noue autour des grandes questions de la vie et de la mort, de Dieu, du destin et de la liberté, du bonheur, de l’amour… Ce qui aidera peut-être Hugo à trouver un sens à son existence. Surtout lorsque Blanche lui fera part de l’incroyable expérience qu’elle a vécue à l’âge de 17 ans et qui a transformé sa vie.

Mon avis : Ce livre retrace quelques étapes de mon vécu alors il m’a parlé, même beaucoup parlé. Ce roman est rempli de sagesse et de lumière. Ne vous arrêté pas au résumé du roman, à savoir la tentative de suicide de Hugo, ce roman est tout sauf sombre, il est tellement positif et rempli d’espoir. Les personnes sont tellement attachants, que j’ai pleuré… Alors, oui, par contre, quelques fois le livre manque de réalisme notamment au niveau du secret médical et certaines fois, Hugo, le personnage du livre parait peu crédible.

Un passage marquant : « J’ai finalement survécu et c’est là; après ce drame, que j’ai commencé à vivre pleinement et que j’ai découvert que la vie est pleine de sens, de magie, de poésie, malgré tous les obstacles et les difficultés que nous rencontrons et qui parfois nous écrasent. »

  • Respire de Maud Ankaoua

Résumé : Et s’il existait un Plan ? Si tout ce que nous vivions avait été placé sur notre chemin pour nous permettre de nous accomplir ? Malo, 30 ans, virtuose de la stratégie, est appelé à Bangkok pour redresser une entreprise en difficulté. Quelques semaines après son arrivée, il surprend une conversation qui l’anéantit : il ne lui resterait que peu de temps à vivre… Au moment où il perd tout espoir, une vieille dame lui propose un pacte étrange : en échange de 30 jours de la vie du jeune homme, elle le met au défi. Sera-t-il prêt à tenter une série d’expériences susceptibles de modifier le cours de son destin ? Malo accepte et le voilà embarqué dans un incroyable périple aux saveurs et aux parfums de la Thaïlande, au terme duquel il pourrait découvrir l’ultime vérité.

Mon avis : Après avoir dévoré Kilomètre 0, une amie m’a offert ce livre, car elle savait que j’avais adoré le premier roman de Maud Ankaoua. Cette dernière a encore réussit à nous offrir une merveilleuse histoire, avec des personnages humains comme on aimerait rencontrer tous les jours et tellement attachants que j’ai encore pleuré à la fin. Cette fois-ci, l’auteure, nous invite à nous interroger sur nos croyances, car oui et c’est le travail que je fais en ce moment, il est tout à fait possible de réécrire son passé et de libérer ses croyances qui sont fausses. Mais qu’aussi il est tout à fait possible de tirer de chaque expérience difficile le meilleur. Mieux : toute difficulté sur notre route a sa raison d’être, vise à nous inciter au dépassement et donc à accéder au meilleur de nous-mêmes. Et c’est ce que raconte ce très beau roman.

Par rapport au premier roman, je dirais que j’ai trouvé les enseignements plus difficiles à mettre en place dans notre vie. En effet, certains passage supposent  déjà d’avoir beaucoup travaillé sur soi-même et d’avoir accompli un certain chemin. Mais aucune importance ! Vous gardez cet enseignement dans un coin de votre tête et vous le mettrez en pratique quand ça sera le moment

Un passage marquant : « Tout ce que tu peux faire dans la vie, c’est d’être toi-même. Certains t’aimeront pour qui tu es. La plupart t’aimeront pour les services que tu peux rendre. D’autres ne t’aimeront pas.

Et voilà ! J’espère que cet article vous donnera envie d’aller découvrir ces livres. En ce moment, je suis en train d’en lire deux , dont un où j’ai l’impression d’être sur une autre planète !

Bla, Bla, Bla

Jeudi 13 Décembre 2019, 00h43

19 avril 2020
phot pour blog

« Vous devriez lire Kilomètre 0 ». On était le Samedi 15 Décembre 2019 et c’était une aide-soignante qui me donnait quelques conseils de lecture, le temps de ma convalescence. Et il est vrai, que ce livre, m’a permis de me redonner un peu de force après ce qui m’était arrivé, c’était même une évidence.

Capture d’écran 2020-04-12 à 14.28.39

J’ai longtemps hésité avant d’écrire cet article et puis je me suis qu’il n’y avait rien de tabou, que ça vous permettrait de mieux comprendre mon changement d’état d’esprit des derniers mois, mes baisses de moral…

Je suis certaine que mon histoire va en surprendre plus d’un, car je suis une jeune fille qui a toujours le sourire et qui est toujours dynamique, du moins je projète cette image et effectivement, c’est mon état d’esprit mais ça n’a pas toujours été comme ça…

C’était en 2019 et depuis de nombreux mois, j’étais submergée par la tonne de travail que j’avais et puis je subissais quelque chose dont aujourd’hui, je ne peux pas encore vous parler. Plus les mois avançaient, plus j’étais fatiguée, plus un mal-être se créait, plus je m’effaçais petit à petit de la vie, plus mon corps me faisait des signes, plus je me sentais inutile, plus je me sentais nulle et moins je me voyais avancer dans la vie. Je ne me sentais plus à ma place dans la Société, j’étais détruite et j’étais fatiguée. Je voyais que je faisais souffrir mon entourage qui ne savait plus quoi faire et qui était désespéré. Je n’arrivais plus être à moi-même étant sous l’emprise. Des douleurs physiques sont également apparues ; j’ai développé une névralgie et j’ai également pratiqué l’automutilation. J’avais perdu le goût total de faire les choses ; je ne prenais plus de plaisir à aller au restaurant, à  voir mes amis…

J’ai alors décidé de m’envelopper dans une bulle, qui n’était pas vraiment confortable et puis je me suis mise à déprimer.Les plus petits problèmes s’accumulaient, me faisaient chuter, et voilà un jour c’est la goutte qui a fait déborder le vase !

Le Jeudi 12 Décembre, je suis passée à l’acte. J’ai souvent cherché la solution, cela me paraissait une évidence, j’étais trop désespérée, trop malheureuse et j’avais trop peur de ne pas être à la hauteur de la vie qui m’attendait. Tout cela me donnait une telle angoisse, une telle douleur intérieure que je préférais la mort pour me soulager de cette souffrance que je ne pouvais exprimer.

Le lendemain, je ne me réveillerais pas avec une boule au ventre, la nausée, le stress d’être en retard, l’angoisse de ne pas avoir bien fait mon travail, la préoccupation de ne pas avoir dit la bonne chose à un client…

DSC_4622

Mais finalement, tout ne s’est pas passé comme prévu. Dans la soirée après être passé à l’acte, j’ai reçu des messages venant de deux amis ; ils ont senti que quelque chose n’allait pas. Ils sont venus à mon secours, puis après c’est le brouillard ; crises d’angoisses, mal au ventre, des pleurs, nervosité… puis le samu est arrivé. Le Vendredi 13 Décembre, à 00h43, je suis à l’hôpital ; je crie, je pleure, je vomis puis je ne me rappelle plus vraiment jusqu’à me réveiller le lendemain entouré du personnel soignant.

DSC_5533

Finalement n’était-ce pas aussi un appel au secours ? Oui, la vie est belle mais avec des obstacles qui sont encore très difficiles pour moi aujourd’hui. Je bute énormément et pourtant je sais que je suis forte et déterminée à aller de l’avant.

DSC_5836

Oui, je vais remonter la pente même si elle est difficile et avec des cicatrices, encore ouvertes. Aujourd’hui, je suis entourée d’une famille formidable, d’amis à l’écoute et tellement patients et de professionnels de la santé qui font tout pour que j’aille mieux. J’estime la chance que j’ai et je les remercie tous du fond du coeur.

Quand on a touché le fond, il y a deux manières de réagir : soit on coule pour de bon, soit on rebondit. J’ai choisi de rebondir. Et chaque jour apporte son lot de joie, bonheur, de tristesse, de joie, de mélancolie, de désarroi, de fierté…Et quand l’envie de mourir me passe par la tête, car il m’arrive encore d’y penser lors d’expériences douloureuses, je choisis de faire face, je ne laisse pas le « noir » l’emporter, je me bats.

DSC_5181

Mon combat contre le mal n’est pas encore terminé, mais je sais que je vais le gagner car mon désir de vivre est bien plus fort que celui de mourir.

DSC_4679

Aujourd’hui, je suis bien sûr en arrêt de travail, dans un état dépressif, avec des « cicatrices » et un stress post-traumatique, un traumatisme, mais je travaille tous les jours sur moi-même pour être heureuse. Depuis cette date et cette tentation de suicide, beaucoup de choses se sont accumulées et j’ai beaucoup à faire ; me battre avec mon avocat, réparer mon stress post-traumatique, soigner une cicatrice amoureuse qui me fait lourdement souffrir, me consoler de chagrins d’amitié (J’ai cette phrase dans la tête qui m’aide : « Pardonne aux autres non pas parce qu’il méritent le pardon, mais parce que toi, tu mérites la paix » – Christophe André) et prendre soin de mon corps qui avait voulu me dire STOP à plusieurs reprises. J’ai également tout à reconstruire, car j’ai été détruite ; plus de valeurs, plus de personnalité mais finalement tout revient plus vite que je ne l’aurais pensé.

J’ai déjà pris conscience d’un tas de choses, j’avance à petit pas, comme des jours où je recule, il y a des jours sans et des jours avec, mais justement je dois l’accepter. Alors oui, c’est sur que j’ai eu le droit à certaines réflexions ; tu n’as pensé qu’à toi et pas aux autres, tu n’avances pas bien vite, on te l’avait dit… Mais je me dis que ces personnes n’ont rien compris à ce que j’avais vécu et surtout à MON vécu.

Mais surtout, si je peux vous donner un conseil ; écouter votre corps, c’est lui qui a raison.  C’est difficile de franchir le cap d’aller voir un professionnel, moi-même je ne le faisais pas avant ma TS. Mais sachez que quand vous avez trouvé le bon, que ce soit un bon médecin, un psychologue, il sont à votre disposition et font tout pour vous aider.

Ce qui sûre, c’est que ma vie sera différente, UNE DEUXIÈME VIE S’OFFRE À MOI.

« Rien n’arrive pas hasard, le Ciel à un plan parfait pour toi. S’il t’a choisi pour passer ces épreuves, c’est que tu étais l’homme de la situation » – Respire, Maud Ankaoua

DSC_5532

Bien sûr, je vous raconterais comment aujourd’hui je me bats pour m’en sortir grâce à de nombreux outils mais aussi grâce aussi au soutien de ma famille et de mes amis. Actuellement, à l’heure où je vous écris, c’est les montagnes russes (pas besoin d’aller à Disneyland !) mais je tiens bon. Il y a des jours, où je suis rattrapée par mon impatience d’aller mieux au plus vite ou de m’occuper des autres avant moi mais non ce n’est pas la bonne stratégie. Ce qui est certain, c’est que j’y vois beaucoup plus clair qu’il y a quelques mois, je retrouve petit à petit le plaisir de faire les choses et vous ne pouvez pas savoir à quel point ça fait du bien. C’est sur que je ressens tellement de colère, de tristesse mais ça me donne la rage d’avancer, de ne pas baisser les bras, d’aller de l’avant et d’être HEUREUSE !

#fuckdepression #fuckburnout

DSC_4275

Goûter

Cake vanille/chocolat sans sucre et sans beurre

16 avril 2020
IMG_2638

Bon alors d’après un certain Benjamin, mes gâteaux sont trop sucrés😕, alors j’ai décidé de me lancer dans un gâteau sans sucre et sans beurre ! Oui, oui c’est tout à fait possible et le résultat à été surprenant (bon ok, il y a du chocolat🙈)

IMG_2639

Préparation : 20 minutes

Cuisson : 45 minutes

Ingrédients pour un cake :

  • 20 cl de crème liquide (légère si possible)
  • 2 oeufs
  • 150g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 càc d’essence de vanille
  • 100g de chocolat noir
  • Quelques petites de chocolat noir

Préparation :

  1. Préchauffez votre four à 180°C.
  2. Dans un saladier, mettez la farine, la levure puis ajoutez les oeufs, la crème et la vanille. Mélangez.
  3. Séparez la pâte en deux parts égales.
  4. Faire fondre votre chocolat.
  5. Dans l’une des moitiés, mettez votre chocolat fondu et mélangez. Dans l’autre, les pépites de chocolat.
  6. Beurrez un moule (oui désolé, il faut quand mettre un peu de beurre, mais sinon vous pouvez également mettre du papier cuisson)
  7. Versez la pâte chocolat.
  8. Versez par dessus la pâte aux pépites de chocolat.
  9. Enfournez pour 45 minutes à 180°C.
  10. Une fois cuit, laissez tiédir et démouler.

Bon ap !

IMG_2631

Goûter

Cookies aux pépites de chocolat et fleur de sel

21 mars 2020
IMG_1835

Qui dit confinement ? Recherche de recettes sur Instagram ! Et puis, je suis tombée sur cette recette de cookies, à tomber par terre ! Une recette simple et tellement gourmande, vraiment ! Elle vient du blog Plus une miette dans l’assiette.

Préparation : 1h

Cuisson : 10 minutes

Ingrédients pour une vingtaine de cookies :

• 200g de beurre
• 270g de sucre roux
• 80g de sucre en poudre
• 350g de farine
• 1 c. à café de bicarbonate de soude (si vous n’en avez pas c’est pas grave)
• 1 c. à café de levure chimique
• 1/2 c. à café de sel
• 1 gros oeuf
• les graines d’ 1/4 de gousse de vanille
• 200g de chocolat noir ou lait ou les deux pour les plus gourmands ^^(moi j’ai fait ça !)
• Fleur de sel

IMG_1829

Préparation : (vous pouvez bien sûr utiliser votre robot)

  1. Dans un bol, mélanger la farine, le bicarbonate de soude, la levure chimique et le sel.
  2. Faire fondre le beurre à feu moyen. Une fois fondu, verser le beurre dans un autre bol puis ajouter les sucres. Mélanger jusqu’à obtention d’une préparation homogène. Ajouter l’oeuf, mélanger jusqu’à obtenir un mélange lisse et brillant, puis incorporer la vanille.
  3. Verser la moitié du mélange sec dans le bol, mélanger légèrement à l’aide d’une cuillère, puis verser le reste.
  4. Couper le chocolat en morceaux puis les ajouter à la préparation. Mélanger jusqu’à ce que le chocolat soit bien incorporé. Couvrir le bol d’un film alimentaire et placer au réfrigérateur pendant 30 minutes.
  5. Préchauffer le four à 180°C.
  6. Sortie la pâte à cookies du réfrigérateur pendant 10 minutes. Avec vos mains, en roulant, former des boules de pâtes d’une grosseur d’une taille de boule de glace et les disposer sur une plaque allant au four recouverte de papier cuisson. Bien espacer les cookies pour qu’ils ne fusionnent pas entre eux (environ 8 par plaque). Saupoudrer les boules de pâtes de fleur de sel.IMG_1825
  7. Cuire pendant 10 minutes. Au bout de 8 minutes de cuisson, ouvrir le four, prendre la plaque de cuisson et la faire taper sur le plan de travail. Cela va permettre au cookies et au chocolat de bien s’étaler. Renfourner les cookies. Répéter l’opération 2 fois toutes les 30 sec. Une fois cuits, disposer les cookies sur une grille et les laisser reposer au moins 10 minutes avant de les mettre dans une boite ou les manger.

Et voilà ! Si j’étais vous, je les cacherais au fond du placard, ça va partir très très vite !

IMG_1832

Sport

Compte-rendu : Mon premier trail de 30km au Trail des Garciaux

20 juin 2019
Capture d’écran 2019-06-05 à 00.41.10

A l’occasion d’un week-end We run in nantes, j’ai participé à mon premier trail de…30km. De la « préparation » à mes courbatures douloureuses, je vous raconte tout ! 

A la base, je ne suis pas encore à l’aise sur les grandes distances mais j’ai eu la réflexion d’un certain Benjamin (qui se reconnaîtra sans doute) : « non mais tu ne vas encore t’inscrire sur une petite distance ». Je n’avais pas vraiment le choix et au fond il avait raison, il fallait que je passe ce cap et que je me teste sur une grosse distance en trail. Côté entrainement, je n’ai pas vraiment eu le temps de faire grand chose, je comptais sur ma prépa du Marathon de Paris pour me mener vers la ligne d’arrivée !

QUELQUES JOURS AVANT

Dans l’association, depuis quelques jours, tout le monde ne parle que de ce fameux week-end mais surtout de la soirée du Samedi soir. Et là, je commence à vraiment prendre peur, non pas de tenir la distance mais de ne pas tenir la soirée !!! Je me pose vraiment la question de si j’ai vraiment fait le bon choix au niveau de la distance.

JOUR J

Départ de Nantes avec toute l’équipe We run in nantes. Arrivés au gîte, je vérifie toutes mes affaires ; camel bag, 1 barre de céréales, 1 pompote, des gommes Stimium et du Sporteine. Comme d’habitude, je me badigeonne de baume du tigre sur les endroits où j’ai des tensions puis je me masse les cuisses à l’huile d’arnica.

Capture d’écran 2019-06-05 à 00.43.13

20 minutes plus tard et un détour dans la campagne, nous arrivons enfin à….St Perreux, the place to be ! Je récupère mon dossard et je fixe bien ma puce à ma cheville. Quelques photos, puis il est grand temps de s’aligner sur la ligne de départ.

Mathieu, Sid et Antoine décident de courir avec moi. Je pars sur un rythme lent, 30km nous attendent. Au 4ème kilomètre, premier obstacle, une montée à grimper à l’aide d’une corde. Ca c’est fait ! Je continue et je vois Sid s’éloigner. Je me pose des questions : « Soit il va trop vite », « Soit je vais trop lentement » mais je préfère rester comme ça et en garder sous la patte.

Capture d’écran 2019-06-05 à 00.37.47

On sillonne des petits chemin très techniques avec des racines et des cailloux, il faut bien regarder où on met les pieds. Je rattrape une fille sans trop de difficulté.

10ème kilomètre, tout va bien. Il nous reste encore 20km ! Ca monte pas mal mais je me force à courir dès que c’est possible. On m’annonce alors que je suis alors 3ème féminine.

14ème kilomètre, je vois au loin une autre fille. Je garde mon rythme, elle ralentie puis accélère à mon arrivée. Une course poursuite s’ensuit sur le plat. On est presque à 4.45 en allure, les garçons derrière moi ne comprennent pas. Au bout d’un kilomètre, je termine par la doubler. On rattrape Sid, qui a l’air épuisé et qui n’arrive pas à rester avec nous.

17ème kilomètre, ça monte dur…au point de devoir marcher. C’est à ce moment-là que je me dis que j’aurai peut-être dû prendre le 15km mais tant pis, maintenant j’y suis ! Antoine, blessé nous laisse partir devant, il a mal à sa jambe. Tandis que moi, j’ai mal au bide ! J’avais omis ce détail ! J’ai des crampes à n’en plus finir, j’essaye de boire. Ca passe.

20km, encore 10km ! On y presque ! Ca grimpe dur pendant plusieurs kilomètres puis une grande descente au 23ème. Je ne suis pas très confiante, ça glisse quand même pas mal. Je décide de ne pas prendre de risque.

Capture d’écran 2019-06-05 à 00.39.10

25ème km, je suis prise d’une énorme crampe au mollet. Ca ne m’étais jamais arrivée et ça me fait trop mal. Heureusement, il y le ravito, je n’arrive plus du tout à courir. Des bénévoles viennent m’aider et m’étirent. J’ai tellement mal que je commence à ne pas bien me sentir bien et avoir la tête qui tourne. Ils me donnent des poignées entières de raisins secs et des grands verres d’eaux. La Croix Rouge me propose un massage mais je n’ai pas le temps ! Je reprends alors sans douleur. Avec Mathieu, on profite d’un peu de répit pour remettre du rythme à notre course. Et hop, une montée, un sourire pour le photographe, je me retourne plus de Mathieu. Il ne doit pas être loin. Ca descend, je carbure, les jambes vont bien. Passage de rivière, je fonce dans l’eau sans réfléchir…alors qu’il y avait un pont ! J’en profite pour doubler pas mal de personnes.

Capture d’écran 2019-06-05 à 00.41.10

28ème, ma crampe réapparait de nouveau. je suis obligée de m’arrêter et de m’étirer toute seule avec un bout de trottoir. Pourquoi ça m’arrive à 2km de la fin !!!! Allez je bois un bon coup, reprend des raisins secs que j’avais mis dans ma poche et je repars.

La ligne d’arrivée est là, je cours, j’entends quelques adhérents We run qui crient mon nom, je donne tout (je me rends compte que j’en ai encore sous les pattes) Je termine alors en 3h21 et 2ème féminine.

Capture d’écran 2019-06-05 à 00.44.47

Je suis très contente de ma course. Je n’ai fait que d’être régulière sans m’effondrer. Au 10ème kilomètre, j’étais 100ème. Je termine 86ème. J’ai encore du boulot pour améliorer la fréquence de mes foulées et la technique des descentes mais ça été une chouette expérience. Et il faut à tout prix que je règle cette histoire de crampes qui ne m’étais jamais arrivée.

Et vous savez quoi dans mon plus gros des soucis, j’ai tenu la soirée jusqu’à 5h du matin ! Par contre, Lundi, c’était une autre histoire, qu’est-ce que j’ai eu mal aux jambes !

Sport

Compte rendu : Triathlon M Sillon X-Race

21 mai 2019
natation

Il y a quelques jours, je participais à mon troisième triathlon ! Mais un triathlon pas comme les autres ; pas de vélo de route mais du VTT et pas de course à pied mais du trail ! A la base, je voulais participer au triathlon S, mais, Lauriane, une amie a réussie à me motiver à faire le M…chose que j’ai regretté quelques jours avant ! Je vous explique tout ! 

Bon…alors déjà autant vous dire que c’était quand même 1 mois après mon marathon de Paris ! J’avais fait une pause de 3 semaines en course à pied. Avec le boulot, impossible d’aller nager, ni même d’aller m’entrainer en VTT (mon gros point faible). A quelques jours du triathlon, j’ai peur, je n’ai pas envie d’y aller, je n’ai aucune motivation, le moral n’est pas là. Après avoir échangé avec mes copains, je me motive quand même. Je serai contente d’avoir participé ! Et heureusement que lauriane, Benj’ et Pierre étaient là !

LE JOUR J :

J’essaye de me lever le plus tard possible, sachant que j’ai quand même tout mon sac à préparer. Heureusement, Benj’, un copain avait fait une liste, ce qui m’a vraiment aidé, car oui participer à un triathlon, c’est un tas de préparatifs et il ne faut vraiment rien oublier !

Arrivée sur place, j’enfile un petit sandwich. Je n’ai vraiment pas faim, mais il faut bien que je prenne quelques forces ! On récupère tous nos dossards et le stress commence à monter ! Plein de questions arrivent : « Est-ce que je sais toujours nager (sachant que je n’avais pas nagé depuis l’Afrique du Sud en Novembre), « Si, je crève en VTT, qu’est-ce que je fais ».

1/2h avant, on peut enfin rentrer dans le parc du vélo. Je prépare mes affaires et surtout mon fameux panneau « CASQUE » ! Oui, car lors de mon premier triathlon, je suis partie courir avec mon casque et j’ai pris un carton jaune. J’enfile la combi et je fais style de m’échauffer comme les pros….!!!

PARC À VÉLO

Ca y est le briefing. J’essaye d’être un maximum attentive pour récupérer toutes le informations nécessaires. Puis, arrive l’heure de se mettre à l’eau ! Les filles prendront le départ en premières. Nous sommes 8 ! L’eau n’est vraiment pas très chaude : 16 degrés… glagla mais pas le temps de réfléchir. Je vérifie que je sais toujours nager le crawl et que mes lunettes soient bien positionnées. C’est bon je suis prête !

Natation : 1km  

Un départ impeccable, rien à voir avec le fameux départ de la Baule; On est tranquille ! Je prends mon rtyhme tout doucement. Je rattrape quelques filles; A la deuxième bouée, au moment de toruner, les garcàns nous rattrapent, mais tout en délicatesse. 3ème bouée, ça y est reste une ligne droite, je commence à accélérer. En tout les cas, je boucle la natation sans trop ciller, je sors de l’eau, pas trop épuisée et je peux enchainer en courant vers le parc à vélo sans trop me sentir lourde ou perdue.

Top départ

départ triathlon

natation

1km – 25 min  

Transition 

Je retire ma combi, je mets mon casque et enfile mes chaussettes et mes chaussures. Et je pars en courant avec mon vélo.

01;48

VTT : 24km

2 boucles de 12km m’attendent. Je commence doucement puis arrive le premier single… ça passe mais sachant que je suis sortie dans la moitié en natation, je dois laisser pas mal de personnes. Puis, je continue sur mon rythme, mais je ne suis vraiment pas à l’aise. Je prends sur moi mais je suis ultra crispée. Je me dépasse et je fais fais un maximum de montées et de descentes en restant sur mon vélo… Puis c’est la chute, dans une descente. Quelqu’un était derrière moi et vient m’aider à me relever et remettre la chaîne. Ca va, j’ai eu beaucoup de chance ! Voilà que c’est la deuxième boucle. Je croise Richard et Magali, ça me fait du bien. Je connais le parcours et j’enchaine un peu mieux mais c’est long. Je ne prends aucun plaisir. Je pense à plein de choses et j’ai juste hâte d’en finir.

VTT

24km -2h13

Transition

Hyper rapide forcement, car je ne change pas de chaussures. Je pose le vélo, je prends une pompote pour le chemin et je repars.

27 secondes

Trail : 8km

Bon, y’a plus qu’à ! Je retrouve quelques sensations en course à pied mais je ne vais pas trop vite, car je ne connais pas du tout le parcours et je veux pas m’enflammer. Arrive la première côté que j’arrive à monter en courant, la deuxième impossible et la 3ème, ça passe tout seul. Je croise Richard et Magali. Richard court 1km avec moi, ce qui me permet de me remettre dans le rythme. Deuxième boucle, Benj’ gueule comme un malade quand je passe ! Mais c’est cool, ça me redonne le sourire.

cours

Allez, je n’ai plus qu’à tout donner mais je suis SEULE AU MONDE sur le parcours ! Donc difficile de s’imposer un certain rythme. Mais je donne quand même tout jusqu’à la ligne d’arrivée que je suis ravie de franchir !

8km – 55 min

Je termine alors ce triathlon M en 3h36, avec quand même le sourire et fière d’avoir terminé !

Bon finalement, ma grande surprise de ce triathlon est la natation. Je ne pensais pas terminer aussi bien. (3ème féminine). Je ne regrette pas d’y avoir participé mais c’est sûr, le format M demande quand même beaucoup d’entrainement !

Et puis cette expérience m’a donné envie de participer très prochainement à un aquathlon !

Sport

Marathon de Paris : mon premier Marathon !

3 mai 2019
IMG_2807

Il y a presque 3 semaines, Dimanche 14 Avril, j’ai couru mon premier marathon et c’était juste trop bien ! Pour le chrono vous pouvez scroller directement jusqu’à la fin. Non tant pis, je vous spoile parce que je suis trop contente : 3h44″22.

Chapitre 1 : de supporter à coureur.

Comment m’est venu l’idée de courir un marathon ? Il y a quelques années, vous m’aurez entendu dire « Ah non merci des sorties longues de plus d’1h30, ce n’est pas mon truc… »

A force de voir tout le monde s’enjailler sur 42, 195km, j’ai fini par me dire que tenir une pancarte sur le bord de la route c’était trop facile, qu’il fallait voir plus loin.

Avril 2018, j’ai regardé le Marathon de Paris à la TV puis les témoignages, ça m’a convaincu… Juillet 2018, j’étais inscrite au Marathon de Paris avec mes copains de We run in nantes. Voilà comment j’ai accepté de relever le défi, sans être trop sûre d’en être capable.

Chapitre 2 : la prépa

Ca me faisait presque plus peur que la course en elle-même : quelques mois de préparation stricte, à faire des fractionnés, à manger équilibré et à boire du Perrier en soirée. Je me demandais comment j’allais allier boulot et entrainement. Est-ce que je n’allais pas être trop fatigué ? J’ai évité de me poser trop de questions et je me suis lancée dans une prépa de 12 semaines réalisée par mon coach Freddy.

Puis finalement l’entrainement s’est vraiment bien passé. Petit à petit et sans me rendre compte, j’ai atteint les séances les plus longues que ce soit en footing (25km) ou en fractionné (20km) et tout ça avec mes camarades de We run in nantes.

Pendant tous ces entrainements, j’ai testé tous mes ravito solides comme liquides pour ne pas avoir de surprise le jour J !

Chapitre 3 : le mental

Pendant ma prépa marathon, et encore aujourd’hui, je traverse une période difficile. C’était à moi d’oublier mes soucis pendant l’entrainement et surtout de ME reforger un mental, car j’ai beaucoup perdu en estime de moi.

Chapitre 4 : dernière ligne droite

J’ai arrêté l’alcool un mois 1/2 avant. Vive le Perrier ! Puis 3 semaines avant, j’ai fait attention à mon alimentation. Bonjour les féculents et les légumes, adieu les trucs gras ! Ayant des problèmes d’intestin, je suis allée voir une naturopathe pour préparer mon corps à ce gros effort

1 semaine avant, c’est la catastrophe, contracture au mollet, je pense que mon corps me dit stop. Je déciDe alors de lever le pied et de ne même pas aller courir la veille.

Avec 6 camarades de We run in nantes, on arrive le Vendredi soir. Le Samedi on récupère notre dossard en évitant de trop piétiner au salon puis l’après-midi c’est repos et « Petit Bac » ! Le soir, dodo à 22H30 !

Chapitre 5 : Le marathon de Paris jour J

beaucoup trop tôt :

Le réveil sonne à 5h30, surprenant mais vrai, j’ai vraiment bien dormi ! Mais, je suis vraiment stressée, j’ai limite l’impression de passer un entretien ! Je me prépare, je me badigeonne de toutes sortes de crèmes ; Nok, Huile d’Arnica, Beaume du Tigre… ! Et puis, comme avant chaque course, je prends le temps de m’allonger pour me reposer 5 minutes et me concentrer sur ce que j’ai à faire.

8h :

On arrive, un dernier pipi « Rue Balzac » et on se met dans sas le 3h30 ! Je trépigne un peu en attendant le départ, j’ai vraiment hâte ! Il fait -2 degrés, mais j’ai mes manchonts, un vieux tee-shirt et un sac poubelle donc ça va ! Une petite gomme Stimium et il n’y plus qu’à !

8h45 :

Ca y est notre départ est lancé. Je suis avec Sid et Dan. Je suis tellement heureuse de m’élancer sur la plus belle Avenue, qui nous appartient, presque !

km 1 à 8 :

Je me force à ne pas aller trop vite ; j’essaye de maintenir une vitesse entre 5’10 et 5’20.  J’ai les jambes, et c’est mon jour. Il fait beau, Paris à nous. Je commence à profiter un peu de la course, même si je suis très concentrée.

Ces premiers kilomètres ont quelque chose d’un peu magique, peut-être à cause de soleil, de paris au petit matin, ou de l’importance de l’événement. (ça fait quand même trois mois qu’on en parle !).

Pendant ces premiers kilomètres, je bois ma boisson énergétique et je prends ma première pompote.

20x30-PMAC2121

km 8 à 20 et quelques :

Je continue sur mon rythme. 13ème kilomètre, je croise une amie d’enfance de maternelle, incroyable ! Quelques mètres plus loin, mon cousin, je lui lance mes manchons.

On rentre alors dans le Bois de Vincennes, je me laisse porter. Au 15ème kilomètre, j’ai 2 minutes d’avance sur mon chrono. Bon ma montre n’est plus du tout au bon kilométrage, j’ai dû bien prendre les extérieurs !

17ème kilomètre, j’essaye de manger une figue séchée, impossible, je n’y arrive pas.

20ème kilomètre, Lolo, Vicki, et Alice, reconnaissables avec leurs perruques roses sont là, avec ma gourde que je récupère, car la mienne est vide. Alice me tend une nouvelle figue, mais non merci, je lui offre la mienne ! En tout cas, c’était trop cool de les voir.

20x30-PMAG5674

km 21-30 :

J’ai toujours un peu d’avance sur le chrono mais comme je me sens bien, je continue sur cette allure. Sid et Dan sont toujours là, on papote de temps en temps mais j’ai besoin de rester concentrée. Ca y est, le premier semi est avalé, bingo !

On arrive sur les quais de Seine. Je sais que ma mère m’attend vers le 27ème, ce qui me motive vraiment. Je passe les tunnels sans encombre, je relâche dans les descentes et je ne tire pas dans les montées. Ça y est la voilà, je lui dis que tout va bien !

Voilà que notre Dan nous lâche, il préfère ralentir. Sid est toujours avec moi.

20x30-PMBD5886

Et maintenant,  j’appréhende un peu le passage au 30ème, car je ne sais pas ce qu’il peut m’arriver après…On m’a tellement parlé de ce fameux mur ! Mais rien ne se passe tout va bien ! Cette fois-ci, ma grand-mère, ma grande tante, Vicki ma petite soeur, Alice, Lolo et mon cousin sont là ! Ils sont géniaux !

20x30-PMAS7746

km 30-42,195 :

Je continue sur mon rythme mais je n’arrive plus à manger ni même à prendre ma boisson sucrée, je bois alors seulement de l’eau.

Bim, voilà la fameuse côte de 500 mètres, elle fait mal, je ralentie. En haut, mon grand-père et mon père. Heureusement qu’ils sont là, ça me redonne de la pêche et je reprends mon rythme. Km 36, 37, 38…, je tiens bon, mais je commence à avoir mal aux jambes. A gauche, un homme se fait masser (cardiaquement), ça me fout un coup au moral mais j’essaye de me reconcentrer de nouveau.

20x30-PMAU8718

Voilà que Alice, Lolo et ma petite soeur Vicki sont là, génial, j’avais besoin de ça ! 40ème kilomètre, elles sont là de nouveau. Je leur dis que ça commence à être dur, je râle « Il est où le 41ème kilomètre ? ». Ma petite soeur me dit qu’il n’est pas loin, elle court à côté de moi (elle qui ne court jamais !). Les filles me suivent pendant 500 mètres et c’est vraiment cool.

Je continue de courir, je demande à un Monsieur quand nous arrivons (oui ma montre est complètement décalée !). Il me répond dans 500 mètres et en faite pas du tout, il restait 1km !

Ca y est, c’est le dernier rond-point, je vois l’arrivée. Panneau 500 mètres, houpi, ça me rappelle mes premiers fractionnés de la prépa marathon. Il y a une ambiance d’enfer, et ça me donne un brin d’énergie, incroyable mais vrai, je sprint ! BIM la montre me dit 3h44 et 20s, je n’y crois pas, je verse quelques larmes !

Un grand bonheur d’être marathonienne mais également d’avoir franchi la ligne d’arrivée avec Sid. Sans lui, je ne sais pas si j’aurais fait ce temps.

20x30-PMCI4089

20x30-YYYY6227

Après

Je suis marathonienne ! Sur le coup je ne réalise pas trop. Je me laisse porter. Tshirt, médaille, ravito. Petit à petit je me rend compte : ma course s’est super bien passée, mon chrono est en dessous de l’objectif initial, et surtout je suis marathonienne !

Je ne vous cache pas que le soir et les 3 jours qui ont suivi ont été rude. Impossible de mettre un pied devant l’autre, il me fallait une assistance à chaque mouvement.Des douleurs bien plus pires que ce que j’ai pu avoir pendant le marathon ! Je vous promets, impossible de descendre les escaliers sans aide, les jambes lâchaient ! Mais la fierté compense largement ! La suite a été comme tout le monde : j’ai mangé des frites, j’ai emporté ma médaille au bureau, j’ai marché comme un robot, j’ai failli pleurer dans les escaliers du métro..

Mais on s’en fout, je suis marathonienne !

IMG_2803

IMG_2818

MERCI

Merci à mon coach Freddy pour cette prépa et son coaching !

Merci à mes camarades de We run in nantes qui m’ont accompagné tout du long dans cette préparation et qui ont cru en moi. Merci à Sid et Dan d’avoir partagé cette course avec moi.

Merci à mes proches de m’avoir supporté pendant cette préparation.

Merci à mes parents, mes grands-parents, ma petite soeur Victoria, ma grande tante, mon cousin, Lauriane, et Alice pour vos encouragements

A quand le prochain ?! 🙂

IMG_2821

 

Sport

Mon état d’esprit à 1 semaine jour pour jour du marathon de Paris

7 avril 2019
IMG_2900

Comme vous le savez, ou peut-être pas encore, pour la première fois, je m’apprête à courir le marathon de Paris. 

1 SEMAINE JOUR POUR JOUR DU MARATHON DE PARIS

A 1 semaine jour pour jour de l’objectif final, je me sens excitée mais en même temps anxieuse. Je me sentais de passer ce cap mais néanmoins, c’est une épreuve qui me fait très peur. Est-ce que je vais vraiment y arriver  ? Mais, le rêve de devenir « marathonienne », l’émotion et la fierté qui se dégagent de cette expérience me font oublier mes craintes.

Ces craintes et la volonté de vraiment relever ce défi m’ont font suivre une préparation assez spécifique.  Merci à mon coach Freddy ! Je m’en rends compte au fil des semaines, depuis que j’ai commencé, qu’il vaut mieux bien préparer cette épreuve. D’ailleurs, ça me rassure au fur et à mesure de mon plan : km après km, je me dis que  » peut-être bien que je vais y arriver…! » 

Mon objectif 

Lorsque l’on se prépare un plan d’entraînement, il faut avant tout s’interroger sur l’objectif que l’on souhaite atteindre. Dans mon cas et pour mon premier marathon, je ne souhaite que le terminer (ce qui est déjà pas mal lol). Mais bien sûr, j’ai un autre petit objectif derrière !

L’entrainement

J’ai alterné des footing, des séances de fractionné à ralllooooonge et des sorties longues. J’ai eu la chance d’être accompagné par les garçons de mon association qui ont toujours été là pour moi. Je craignais les sorties longues mais finalement, en changeant de parcours très régulièrement c’est passé tout seul ! Côté météo, j’ai eu énormément de chance, le temps idéal pour s’entrainer !

IMG_3096

Et côté esprit ? 

En ce moment, ma vie professionnelle n’est pas un long fleuve tranquille, loin de là. De ce fait, j’ai perdu énormément confiance en moi, je ne sais plus trop quels sont mes atouts, je suis stréssée et j’ai perdu ma joie de vivre. Je me pose alors plein de questions à une semaine de l’échéance. Mon esprit n’est pas tranquille, j’ai la tête ailleurs et pourtant je sens que je suis prête, les jambes sont là… Courir ce marathon est un engagement vis-à-vis de moi. J’ai envie de prouver que je peux réussir, j’ai envie de montrer que je suis capable d’accomplir des choses.

Y’a plus qu’à ! Et je vais la franchir cette foutue ligne d’arrivée ! 

Mon dossard sera le 18677