Browsing Category

Sport

Sport

Compte rendu : Triathlon M Sillon X-Race

21 mai 2019
natation

Il y a quelques jours, je participais à mon troisième triathlon ! Mais un triathlon pas comme les autres ; pas de vélo de route mais du VTT et pas de course à pied mais du trail ! A la base, je voulais participer au triathlon S, mais, Lauriane, une amie a réussie à me motiver à faire le M…chose que j’ai regretté quelques jours avant ! Je vous explique tout ! 

Bon…alors déjà autant vous dire que c’était quand même 1 mois après mon marathon de Paris ! J’avais fait une pause de 3 semaines en course à pied. Avec le boulot, impossible d’aller nager, ni même d’aller m’entrainer en VTT (mon gros point faible). A quelques jours du triathlon, j’ai peur, je n’ai pas envie d’y aller, je n’ai aucune motivation, le moral n’est pas là. Après avoir échangé avec mes copains, je me motive quand même. Je serai contente d’avoir participé ! Et heureusement que lauriane, Benj’ et Pierre étaient là !

LE JOUR J :

J’essaye de me lever le plus tard possible, sachant que j’ai quand même tout mon sac à préparer. Heureusement, Benj’, un copain avait fait une liste, ce qui m’a vraiment aidé, car oui participer à un triathlon, c’est un tas de préparatifs et il ne faut vraiment rien oublier !

Arrivée sur place, j’enfile un petit sandwich. Je n’ai vraiment pas faim, mais il faut bien que je prenne quelques forces ! On récupère tous nos dossards et le stress commence à monter ! Plein de questions arrivent : « Est-ce que je sais toujours nager (sachant que je n’avais pas nagé depuis l’Afrique du Sud en Novembre), « Si, je crève en VTT, qu’est-ce que je fais ».

1/2h avant, on peut enfin rentrer dans le parc du vélo. Je prépare mes affaires et surtout mon fameux panneau « CASQUE » ! Oui, car lors de mon premier triathlon, je suis partie courir avec mon casque et j’ai pris un carton jaune. J’enfile la combi et je fais style de m’échauffer comme les pros….!!!

PARC À VÉLO

Ca y est le briefing. J’essaye d’être un maximum attentive pour récupérer toutes le informations nécessaires. Puis, arrive l’heure de se mettre à l’eau ! Les filles prendront le départ en premières. Nous sommes 8 ! L’eau n’est vraiment pas très chaude : 16 degrés… glagla mais pas le temps de réfléchir. Je vérifie que je sais toujours nager le crawl et que mes lunettes soient bien positionnées. C’est bon je suis prête !

Natation : 1km  

Un départ impeccable, rien à voir avec le fameux départ de la Baule; On est tranquille ! Je prends mon rtyhme tout doucement. Je rattrape quelques filles; A la deuxième bouée, au moment de toruner, les garcàns nous rattrapent, mais tout en délicatesse. 3ème bouée, ça y est reste une ligne droite, je commence à accélérer. En tout les cas, je boucle la natation sans trop ciller, je sors de l’eau, pas trop épuisée et je peux enchainer en courant vers le parc à vélo sans trop me sentir lourde ou perdue.

Top départ

départ triathlon

natation

1km – 25 min  

Transition 

Je retire ma combi, je mets mon casque et enfile mes chaussettes et mes chaussures. Et je pars en courant avec mon vélo.

01;48

VTT : 24km

2 boucles de 12km m’attendent. Je commence doucement puis arrive le premier single… ça passe mais sachant que je suis sortie dans la moitié en natation, je dois laisser pas mal de personnes. Puis, je continue sur mon rythme, mais je ne suis vraiment pas à l’aise. Je prends sur moi mais je suis ultra crispée. Je me dépasse et je fais fais un maximum de montées et de descentes en restant sur mon vélo… Puis c’est la chute, dans une descente. Quelqu’un était derrière moi et vient m’aider à me relever et remettre la chaîne. Ca va, j’ai eu beaucoup de chance ! Voilà que c’est la deuxième boucle. Je croise Richard et Magali, ça me fait du bien. Je connais le parcours et j’enchaine un peu mieux mais c’est long. Je ne prends aucun plaisir. Je pense à plein de choses et j’ai juste hâte d’en finir.

VTT

24km -2h13

Transition

Hyper rapide forcement, car je ne change pas de chaussures. Je pose le vélo, je prends une pompote pour le chemin et je repars.

27 secondes

Trail : 8km

Bon, y’a plus qu’à ! Je retrouve quelques sensations en course à pied mais je ne vais pas trop vite, car je ne connais pas du tout le parcours et je veux pas m’enflammer. Arrive la première côté que j’arrive à monter en courant, la deuxième impossible et la 3ème, ça passe tout seul. Je croise Richard et Magali. Richard court 1km avec moi, ce qui me permet de me remettre dans le rythme. Deuxième boucle, Benj’ gueule comme un malade quand je passe ! Mais c’est cool, ça me redonne le sourire.

cours

Allez, je n’ai plus qu’à tout donner mais je suis SEULE AU MONDE sur le parcours ! Donc difficile de s’imposer un certain rythme. Mais je donne quand même tout jusqu’à la ligne d’arrivée que je suis ravie de franchir !

8km – 55 min

Je termine alors ce triathlon M en 3h36, avec quand même le sourire et fière d’avoir terminé !

Bon finalement, ma grande surprise de ce triathlon est la natation. Je ne pensais pas terminer aussi bien. (3ème féminine). Je ne regrette pas d’y avoir participé mais c’est sûr, le format M demande quand même beaucoup d’entrainement !

Et puis cette expérience m’a donné envie de participer très prochainement à un aquathlon !

Sport

Marathon de Paris : mon premier Marathon !

3 mai 2019
IMG_2807

Il y a presque 3 semaines, Dimanche 14 Avril, j’ai couru mon premier marathon et c’était juste trop bien ! Pour le chrono vous pouvez scroller directement jusqu’à la fin. Non tant pis, je vous spoile parce que je suis trop contente : 3h44″22.

Chapitre 1 : de supporter à coureur.

Comment m’est venu l’idée de courir un marathon ? Il y a quelques années, vous m’aurez entendu dire « Ah non merci des sorties longues de plus d’1h30, ce n’est pas mon truc… »

A force de voir tout le monde s’enjailler sur 42, 195km, j’ai fini par me dire que tenir une pancarte sur le bord de la route c’était trop facile, qu’il fallait voir plus loin.

Avril 2018, j’ai regardé le Marathon de Paris à la TV puis les témoignages, ça m’a convaincu… Juillet 2018, j’étais inscrite au Marathon de Paris avec mes copains de We run in nantes. Voilà comment j’ai accepté de relever le défi, sans être trop sûre d’en être capable.

Chapitre 2 : la prépa

Ca me faisait presque plus peur que la course en elle-même : quelques mois de préparation stricte, à faire des fractionnés, à manger équilibré et à boire du Perrier en soirée. Je me demandais comment j’allais allier boulot et entrainement. Est-ce que je n’allais pas être trop fatigué ? J’ai évité de me poser trop de questions et je me suis lancée dans une prépa de 12 semaines réalisée par mon coach Freddy.

Puis finalement l’entrainement s’est vraiment bien passé. Petit à petit et sans me rendre compte, j’ai atteint les séances les plus longues que ce soit en footing (25km) ou en fractionné (20km) et tout ça avec mes camarades de We run in nantes.

Pendant tous ces entrainements, j’ai testé tous mes ravito solides comme liquides pour ne pas avoir de surprise le jour J !

Chapitre 3 : le mental

Pendant ma prépa marathon, et encore aujourd’hui, je traverse une période difficile. C’était à moi d’oublier mes soucis pendant l’entrainement et surtout de ME reforger un mental, car j’ai beaucoup perdu en estime de moi.

Chapitre 4 : dernière ligne droite

J’ai arrêté l’alcool un mois 1/2 avant. Vive le Perrier ! Puis 3 semaines avant, j’ai fait attention à mon alimentation. Bonjour les féculents et les légumes, adieu les trucs gras ! Ayant des problèmes d’intestin, je suis allée voir une naturopathe pour préparer mon corps à ce gros effort

1 semaine avant, c’est la catastrophe, contracture au mollet, je pense que mon corps me dit stop. Je déciDe alors de lever le pied et de ne même pas aller courir la veille.

Avec 6 camarades de We run in nantes, on arrive le Vendredi soir. Le Samedi on récupère notre dossard en évitant de trop piétiner au salon puis l’après-midi c’est repos et « Petit Bac » ! Le soir, dodo à 22H30 !

Chapitre 5 : Le marathon de Paris jour J

beaucoup trop tôt :

Le réveil sonne à 5h30, surprenant mais vrai, j’ai vraiment bien dormi ! Mais, je suis vraiment stressée, j’ai limite l’impression de passer un entretien ! Je me prépare, je me badigeonne de toutes sortes de crèmes ; Nok, Huile d’Arnica, Beaume du Tigre… ! Et puis, comme avant chaque course, je prends le temps de m’allonger pour me reposer 5 minutes et me concentrer sur ce que j’ai à faire.

8h :

On arrive, un dernier pipi « Rue Balzac » et on se met dans sas le 3h30 ! Je trépigne un peu en attendant le départ, j’ai vraiment hâte ! Il fait -2 degrés, mais j’ai mes manchonts, un vieux tee-shirt et un sac poubelle donc ça va ! Une petite gomme Stimium et il n’y plus qu’à !

8h45 :

Ca y est notre départ est lancé. Je suis avec Sid et Dan. Je suis tellement heureuse de m’élancer sur la plus belle Avenue, qui nous appartient, presque !

km 1 à 8 :

Je me force à ne pas aller trop vite ; j’essaye de maintenir une vitesse entre 5’10 et 5’20.  J’ai les jambes, et c’est mon jour. Il fait beau, Paris à nous. Je commence à profiter un peu de la course, même si je suis très concentrée.

Ces premiers kilomètres ont quelque chose d’un peu magique, peut-être à cause de soleil, de paris au petit matin, ou de l’importance de l’événement. (ça fait quand même trois mois qu’on en parle !).

Pendant ces premiers kilomètres, je bois ma boisson énergétique et je prends ma première pompote.

20x30-PMAC2121

km 8 à 20 et quelques :

Je continue sur mon rythme. 13ème kilomètre, je croise une amie d’enfance de maternelle, incroyable ! Quelques mètres plus loin, mon cousin, je lui lance mes manchons.

On rentre alors dans le Bois de Vincennes, je me laisse porter. Au 15ème kilomètre, j’ai 2 minutes d’avance sur mon chrono. Bon ma montre n’est plus du tout au bon kilométrage, j’ai dû bien prendre les extérieurs !

17ème kilomètre, j’essaye de manger une figue séchée, impossible, je n’y arrive pas.

20ème kilomètre, Lolo, Vicki, et Alice, reconnaissables avec leurs perruques roses sont là, avec ma gourde que je récupère, car la mienne est vide. Alice me tend une nouvelle figue, mais non merci, je lui offre la mienne ! En tout cas, c’était trop cool de les voir.

20x30-PMAG5674

km 21-30 :

J’ai toujours un peu d’avance sur le chrono mais comme je me sens bien, je continue sur cette allure. Sid et Dan sont toujours là, on papote de temps en temps mais j’ai besoin de rester concentrée. Ca y est, le premier semi est avalé, bingo !

On arrive sur les quais de Seine. Je sais que ma mère m’attend vers le 27ème, ce qui me motive vraiment. Je passe les tunnels sans encombre, je relâche dans les descentes et je ne tire pas dans les montées. Ça y est la voilà, je lui dis que tout va bien !

Voilà que notre Dan nous lâche, il préfère ralentir. Sid est toujours avec moi.

20x30-PMBD5886

Et maintenant,  j’appréhende un peu le passage au 30ème, car je ne sais pas ce qu’il peut m’arriver après…On m’a tellement parlé de ce fameux mur ! Mais rien ne se passe tout va bien ! Cette fois-ci, ma grand-mère, ma grande tante, Vicki ma petite soeur, Alice, Lolo et mon cousin sont là ! Ils sont géniaux !

20x30-PMAS7746

km 30-42,195 :

Je continue sur mon rythme mais je n’arrive plus à manger ni même à prendre ma boisson sucrée, je bois alors seulement de l’eau.

Bim, voilà la fameuse côte de 500 mètres, elle fait mal, je ralentie. En haut, mon grand-père et mon père. Heureusement qu’ils sont là, ça me redonne de la pêche et je reprends mon rythme. Km 36, 37, 38…, je tiens bon, mais je commence à avoir mal aux jambes. A gauche, un homme se fait masser (cardiaquement), ça me fout un coup au moral mais j’essaye de me reconcentrer de nouveau.

20x30-PMAU8718

Voilà que Alice, Lolo et ma petite soeur Vicki sont là, génial, j’avais besoin de ça ! 40ème kilomètre, elles sont là de nouveau. Je leur dis que ça commence à être dur, je râle « Il est où le 41ème kilomètre ? ». Ma petite soeur me dit qu’il n’est pas loin, elle court à côté de moi (elle qui ne court jamais !). Les filles me suivent pendant 500 mètres et c’est vraiment cool.

Je continue de courir, je demande à un Monsieur quand nous arrivons (oui ma montre est complètement décalée !). Il me répond dans 500 mètres et en faite pas du tout, il restait 1km !

Ca y est, c’est le dernier rond-point, je vois l’arrivée. Panneau 500 mètres, houpi, ça me rappelle mes premiers fractionnés de la prépa marathon. Il y a une ambiance d’enfer, et ça me donne un brin d’énergie, incroyable mais vrai, je sprint ! BIM la montre me dit 3h44 et 20s, je n’y crois pas, je verse quelques larmes !

Un grand bonheur d’être marathonienne mais également d’avoir franchi la ligne d’arrivée avec Sid. Sans lui, je ne sais pas si j’aurais fait ce temps.

20x30-PMCI4089

20x30-YYYY6227

Après

Je suis marathonienne ! Sur le coup je ne réalise pas trop. Je me laisse porter. Tshirt, médaille, ravito. Petit à petit je me rend compte : ma course s’est super bien passée, mon chrono est en dessous de l’objectif initial, et surtout je suis marathonienne !

Je ne vous cache pas que le soir et les 3 jours qui ont suivi ont été rude. Impossible de mettre un pied devant l’autre, il me fallait une assistance à chaque mouvement.Des douleurs bien plus pires que ce que j’ai pu avoir pendant le marathon ! Je vous promets, impossible de descendre les escaliers sans aide, les jambes lâchaient ! Mais la fierté compense largement ! La suite a été comme tout le monde : j’ai mangé des frites, j’ai emporté ma médaille au bureau, j’ai marché comme un robot, j’ai failli pleurer dans les escaliers du métro..

Mais on s’en fout, je suis marathonienne !

IMG_2803

IMG_2818

MERCI

Merci à mon coach Freddy pour cette prépa et son coaching !

Merci à mes camarades de We run in nantes qui m’ont accompagné tout du long dans cette préparation et qui ont cru en moi. Merci à Sid et Dan d’avoir partagé cette course avec moi.

Merci à mes proches de m’avoir supporté pendant cette préparation.

Merci à mes parents, mes grands-parents, ma petite soeur Victoria, ma grande tante, mon cousin, Lauriane, et Alice pour vos encouragements

A quand le prochain ?! 🙂

IMG_2821

 

Sport

Mon état d’esprit à 1 semaine jour pour jour du marathon de Paris

7 avril 2019
IMG_2900

Comme vous le savez, ou peut-être pas encore, pour la première fois, je m’apprête à courir le marathon de Paris. 

1 SEMAINE JOUR POUR JOUR DU MARATHON DE PARIS

A 1 semaine jour pour jour de l’objectif final, je me sens excitée mais en même temps anxieuse. Je me sentais de passer ce cap mais néanmoins, c’est une épreuve qui me fait très peur. Est-ce que je vais vraiment y arriver  ? Mais, le rêve de devenir « marathonienne », l’émotion et la fierté qui se dégagent de cette expérience me font oublier mes craintes.

Ces craintes et la volonté de vraiment relever ce défi m’ont font suivre une préparation assez spécifique.  Merci à mon coach Freddy ! Je m’en rends compte au fil des semaines, depuis que j’ai commencé, qu’il vaut mieux bien préparer cette épreuve. D’ailleurs, ça me rassure au fur et à mesure de mon plan : km après km, je me dis que  » peut-être bien que je vais y arriver…! » 

Mon objectif 

Lorsque l’on se prépare un plan d’entraînement, il faut avant tout s’interroger sur l’objectif que l’on souhaite atteindre. Dans mon cas et pour mon premier marathon, je ne souhaite que le terminer (ce qui est déjà pas mal lol). Mais bien sûr, j’ai un autre petit objectif derrière !

L’entrainement

J’ai alterné des footing, des séances de fractionné à ralllooooonge et des sorties longues. J’ai eu la chance d’être accompagné par les garçons de mon association qui ont toujours été là pour moi. Je craignais les sorties longues mais finalement, en changeant de parcours très régulièrement c’est passé tout seul ! Côté météo, j’ai eu énormément de chance, le temps idéal pour s’entrainer !

IMG_3096

Et côté esprit ? 

En ce moment, ma vie professionnelle n’est pas un long fleuve tranquille, loin de là. De ce fait, j’ai perdu énormément confiance en moi, je ne sais plus trop quels sont mes atouts, je suis stréssée et j’ai perdu ma joie de vivre. Je me pose alors plein de questions à une semaine de l’échéance. Mon esprit n’est pas tranquille, j’ai la tête ailleurs et pourtant je sens que je suis prête, les jambes sont là… Courir ce marathon est un engagement vis-à-vis de moi. J’ai envie de prouver que je peux réussir, j’ai envie de montrer que je suis capable d’accomplir des choses.

Y’a plus qu’à ! Et je vais la franchir cette foutue ligne d’arrivée ! 

Mon dossard sera le 18677

Raid la Saharienne Sport

Mon rituel sportif avec la gamme sport à l’Arnica de Weleda

18 juillet 2018
IMG_8983

Dans le cadre de ma participation au Raid la Saharienne avec Lauriane, Weleda  a décidé de nous soutenir dans cette aventure en nous envoyant quelques produits de sa gamme sport pour éliminer les courbatures et prévenir les blessures ! Je vous raconte ma routine quotidienne avec 2 produits chouchous 😍! 

En effet, avec un minimum de 6h de sport par semaine, les produits Weleda sont plus que nécessaires !😅 Nos muscles travaillent beaucoup et nous avons besoin d’être chouchoutées.

C’est depuis très jeune que j’utilise la gamme sport Weleda qui me correspond parfaitement. Je suis vraiment dingue de cette gamme qui est très efficace.

IMG_8980

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de 2 produits du quotidien que nous utilisons avec Lauriane après ou avant chaque séance de sport et qui sont très utiles dans la préparation à notre raid.

IMG_8985

LE GEL DOUCHE À L’ARNICA

IMG_8974

Ce gel douche peut s’utiliser avant et après la séance de sport, il aide donc autant à la préparation qu’à la récupération ! Sa texture est sous forme de gel, l’odeur est vraiment agréable, c’est frais et tonique ! Ce gel douche a pour particularité de stimuler les muscles avant l’effort et d’apaiser et rafraîchir après.

IMG_8988

Pour ma part, je l’utilise plus souvent pour la récupération et je dois dire qu’il fait bien le job 🙂 Il apaise et rafraichit. Il est formulé avec de l’arnica, du romarin et de la lavande, il est donc aussi vivifiant, stimulant et apaisant.

La composition du produit est vraiment propre. 100% des ingrédients sont d’origine naturelle. De tout façon, Weleda est connue pour la qualité de ses compositions.

L’HUILE DE MASSAGE À L’ARNICA

IMG_8975

Cette huile peut s’utiliser avant l’effort, en frictions rapides, pour préparer le corps à l’activité sportive. Cela va avoir une action réchauffante sur les muscles et donc les bienfaits de l’échauffement seront décuplés. Il va aider à échauffer les muscles. Mais, elle peut aussi être appliquée après le sport, en massages amples et lents pour aider le corps à récupérer en prévenant de la fatigue et des raideurs.

IMG_8986

J’aime beaucoup cette huile car elle a une véritable efficacité sur moi. J‘ai moins de courbatures depuis que je l’utilise. Je sens une vraie différence entre avant et après. Je l’utilise énormément pour m’automasser les cuisses après un gros effort mais aussi pour enlever les tensions au niveau du cou et des trapèzes et je vous promets ça marche !

Ou trouver ces produits ?

En parapharmacie, magasins bio et chez tous les revendeurs Weleda

A Nantes, vous pourrez trouver votre bonheur à la Grande Pharmacie de Paris, place Royale. Mais aussi chez Marie Nature, 2 rue Paré.

Je suis vraiment conquise par la gamme sport de WELEDA <3

En plus, les prix sont plus que corrects 😉

Encore un grand merci à Weleda de nous soutenir !

A très vite !

COMPTE-RENDU DES COURSES Raid la Saharienne Sport

Compte-rendu : Run&Bike Atlantisport

31 mars 2018
DSC03977

Dimanche dernier avait lieu notre tout premier Run & Bike dans le cadre de notre préparation à notre raid. Juliette vous raconte le récit de cette course palpitante jusqu’au bout !

Après des derniers peaufinements auprès de Norbert, notre vélo qui nous accompagnera sur ce Run and Bike et de dernières discussions autour de notre stratégie pour le parcours, je pars me mettre dans le sas de départ tandis que Lauriane ira avec tous les autres vélos dans l’autre sas.

DSC03898

DSC03905

 Pan ! Ça y est c’est le départ et ça part super vite. J’essaye de temporiser de mon allure et je me retrouve très mal placée.

DSC03909

IMG_7914

Pendant ce temps-là, Lauriane la roue arrière bloquée dans une cale, elle essaye de me repérer au milieu de tous les coureurs. Une boucle plus tard et 500m, je retrouve Lauriane, qui essaye tant que bien que mal de se frayer un chemin entre tous ces vélos ! On refait la même boucle ensemble et à la sortie de la zone commerciale on décide de réaliser notre premier changement.

IMG_7922 

Je prends le temps de récupérer après ce premier kilomètre. Pendant plusieurs kilomètres, nous allons alterner tous les 500m. Au bout de 10min de course, nous apercevons un premier binôme féminin. Je dis alors à Lauriane de ne pas les lâcher. La tâche sera facile, puisque qu’on les double assez rapidement dans une côte. On continue sur notre rythme tout en continuant de s’encourager. Au loin, 2 autres filles. Allez on y va ! J’en profite d’être en course à pied pour les doubler. Puis elles nous redoubleront, pour les redoubler plus tard, un va-et-vient, et ce jusqu’à la course d’orientation !

Lolo vélo 

Nous récupérons la carte à toute vitesse. On connait le principe donc on fonce pour trouver les 5 balises, sans difficulté particulière. On pense prendre un peu d’avance sur le duo de filles mais elles repartent en même temps que nous. J’en profite d’être en course à pied pour les doubler mais je perds Lauriane, qui, en VTT, tombe dans les embouteillages des coureurs du 9,5km. Je décide alors de m’arrêter pour l’attendre. Les filles, nous redoublent alors. La voilà qui arrive, je récupère le vélo. Puis nous arrivons au niveau du tram où nous sommes obligées de nous arrêter pour laisser passer le tram, même soucis pour les filles devant ! Je descends alors du vélo pour courir. Il nous reste 1,5km avant l’arrivée, je peux alors commencer à accélérer.Lauriane m’encourage et me suit parfaitement en vélo. Je l’entends dire « C’est bon, nous sommes en train de creuser un écart », « Ah non Juju, elle nous rattrape ». Il nous reste 500 mètres, elles sont juste derrière. Ca y est, c’est la dernière ligne droite. Je vois l’arche d’arrivée. Je suis à bout de souffle, bon d’un côté je suis à 3;45/km. J’entends mon père, Magali et Richard, je ne peux pas lâcher ! 

Lauriane donne tout pour me donner des dernières forces et me propose même de changer, mais pas le temps ! Je serre les dents, Lauriane vérifie si les filles nous rattrapent. Nous donnons tout pour passer la ligne d’arrivée en tant que 1ère féminine et en 59 minutes ! Hourraaaaaaa !

IMG_7926

DSC03961

Nous sommes supers fières de notre duo et de cette cohésion. Le contact, entre nous deux, tout au long de la course, ne pouvait être plus parfait !

BIG HUG

IMG_7944

DSC04009

Un grand merci pour les encouragements de mon Papa, Magali et Richard

Prochain challenge : Le Raid Polytech ! 

A très vite pour de nouvelles aventures ! 

Sport

Compte-rendu : Le 10km du Parc Paysager à Saint-Nazaire

17 mars 2018
IMG_6685 2

Il y a quelques semaines, j’ai couru le 10km du Parc Paysager à Saint-Nazaire, une course de préparation dans le cadre de mon 10km en Avril. Qui dit préparation, pas d’objectif mais juste mais le  but étant de voir un peu où j’en suis et quelles sont les sensations, quelques mois après mon record de mon semi-marathon à San Sebastiàn. Un chouette moment et finalement une performance de course un peu inattendue…

JOUR J !

Je retrouve mes petits  mes camarades de We run in nantes ; Olivier, Richard, Magali, Fredérique, Thierry, Dan et Pierre. Il est alors 14H quand nous arrivons à Saint-nazaire pour récupérer nos dossards. Puis, on ne perd pas de temps pour aller s’échauffer. On discute de nos objectifs. En ce qui me concerne, je cours pour courir, pour voir où j’en suis mais pas de pression et pas de record à faire !

DSC03600

15h, ça y est c’est parti ! On a pas le temps de réflechir qu’il faut déjà essayer de se faufiler. Je pars tout doucement en laissant filer Richard, Thierry et Olivier devant moi. Quant à Dan, je me demande où il est ! Après 500 mètres, je dépasse Richard tout en lui glissant un petit mot d’encouragement. Puis je continue ma route sur un rythme de 4.31.  Ca y est, une boucle de terminée ! Et étonnement, je me sens vraiment bien. Je commence à sentir les bénéficies de ma semaine de skating à gravir les cols d’Alpes du Sud ! Alors je décide de laisser mes jambes dérouler sur un rythme de 4;25.

Sur le bord de mer, je croise Magali et puis j’en profite pour encourager Dan et Richard.

DSC03617

Puis, j’en profite pour faire quelques rencontres le temps de la course. Un certain homme sera étonné que j’arrive à encourager mes camarades et à courir à ce rythme. Pas normal la nana !

DSC03642

#jedraguememequandjecours

Je décide alors de m’imprégner de ce rythme mais mes jambes ont envie d’aller plus vite, je décide alors de les laisse faire avant de passer devant la speaker qui s’étonnera de ma foulée au 2ème tour !

10 km 2018 (85)

Ca y est, j’entame la 3ème boucle et qui c’est que je vois au loin, Thierry, avec son tee-shirt bleu ! Je décide de le garder en ligne de mire. Plus l’arrivée approche, plus je me rapproche de lui. A 1km de l’arrivée, seulement 5 coureurs nous séparent. Je voudrais aller le raccrocher pour qu’on puisse terminer ensemble mais il a décidé d’accélérer. J’en profite de même !

10 km 2018 (173)

Ma montre sonne le 10ème kilomètre à une centaine de mètres de l’arrivée.. Euhhhhh.. Allez, je ne me déconcentre pas et je continue à fond avec ma plus grande foulée ! Ca y est je passe l’arche d’arrivée, 44;54 à ma montre et un nouveau record, tout en sachant que ma montre m’affiche que j’ai couru le 10km en 44;20 avec une moyenne de 4;26 ! Mais on va dire que j’ai fait 44;54 ! Gardons le chrono officiel !

DSC03669

RÉSULTATS !

Je termine 5SEF, 16ème féminine et 328ème sur 817 !

Prochaine course : Le 8km du semi-marathon de la Brière ! 

Sport

Compte-rendu : Semi-marathon de San Sebastiàn et un record !

30 décembre 2017
20x30-SANB3595

Il y a maintenant un mois, je suis partie avec une partie de la troupe We run in nantes pour un week-end sportif à San Sebastiàn en Espagne. Au programme ; le semi-marathon ! Et un record !  

Ca faisait quand même presque 7 mois que je l’attendais ce record.  J’avais échoué en Avril dernier, mais là j’avais envie de prendre ma revanche. Surtout que tout le monde me disait que j’en étais capable. Alors merde, il était temps que je me bouge ! 

Ma préparation

Dans un premier temps, je m’étais préparée pour un 10km avant la prépa du semi-marathon mais finalement je me suis blessée à la cheville. Avec mon coach Freddy, nous avons alors décidé de revoir l’objectif à la baisse; 1h45. Mais dans un coin de ma tête j’avais envie de faire bien mieux qu’1h45. J’avais déjà fait 1h44 sans entrainement et 1h42 avec un peu d’entrainement !  Après quelques semaines de repos sans course à pied, j’ai alors commencé la prépa de semi-marathon de bon pied 😂 (c’est le cas de le dire !). 6 semaines de préparation à 5-6 entrainements par semaine. Au début, la reprise étaient vraiment difficile. Puis au fur et à mesure des entraînements, je me sentais de plus en plus à l’aise et la possibilité d’un petit record me semblait encore semble envisageable. J’étais motivée comme jamais, enchainant les bornes et les entrainements. La prépa s’est bien déroulée avec un bon compromis entre sortie plaisir, fractionné long et court. Les séances étaient parfois agréables, d’autres fois moins drôles et plutôt intenses ! 😝

Le séjour à San Sebastiàn

Nous sommes arrivés le Vendredi soir dans un super appartement et nous avons alors profité du Samedi pour visiter la ville et bien sûr aller chercher nos dossards. Le village, reste assez basique puisque cela reste une petite organisation. Mais c’est quand même très sympa et impressionnant, car il était dans un vélodrome. Ca nous met direct dans l’ambiance ! 🤗

DSC_6984

DSC_6988

La veille au soir

On ira faire un petit footing de 30min pour dérouler les jambes puis une discussion s’impose sur la gestion de la course de demain ! Thierry et Régis me sentait capable de faire 1h40. Franchement, je suis loin d’être la personne qui a le plus confiance en moi et sur le coup je ne savais pas quoi penser. Je m’étais entrainée pour faire 1h45 alors je ne sais pas comme mon corps allait réagir. Mais ces dernières semaines, j’avais vraiment la forme. Régis décide alors de faire mon lièvre, j’accepte !

DSC_6926

 

Le jour J

Dimanche 26 Novembre, le réveil sonne à 6h. Je me réveille plutôt en forme et déjà dans ma bulle ! Je rejoins Thierry et Richard, qui sont déjà au taquet pour préparer le petit-déjeuner !

Je pars regarder un oeil par la fenêtre. Il fait noir mais il ne semble pas pleuvoir. Oui, météo France annonce « pluie forte » toute la matinée…Ca fait peur… tandis qu’Eric croit en la météo d’Hendaye qui annonce grand soleil !

Bon finalement, la pluie ne résistera pas !

Il est 8h, une dernière petite photo de groupe s’impose puis nous partons en petit footing avec nos sacs poubelles sur nous jusqu’aux consignes. Nous arrivons alors au village de course, trempés ! Je laisse alors mes affaires à la consigne mais je garde un vieux tee-shirt pour avoir chaud jusqu’au départ. Avec Thierry, Dan, Régis et Richard, nous partons rejoindre le sas. Je m’étais inscrire dans le sas 1h50 mais finalement nous décidons de se mettre dans le sas d’1h40. Et ça y est il fait beau et le soleil commence à montrer le bout de son nez !

DSC_0003

Ca y est, nous sommes plus qu’à quelques minutes du départ. Je me concentre, je sais ce que je dois faire et je vais le faire. 😊

Km 1

On s’élance, dans la foule et ça ne bouchonne pas du tout. Dés le départ, nous prenons un bon rythme mais tranquille pour ne pas être tout de suite dans le rouge. Nous passons le premier km en 4’52.

Km 2-10

Je me mets dans les pas de mon lièvre, Régis et je suis dans ma bulle pour me concentrer sur mon objectif. Puis vers le 2ème kilomètre, on accélère un petit peu pour se mettre sur une base de 4.45. Vers le 5ème km, il semble que Régis me trouvait bien, alors il a décidé d’accélérer de nouveau et de nous mettre sur un rythme de 4;40. A vrai dire, je ne m’en suis pas du tout rendue compte. Je faisais confiance à Régis et je n’ai pratiquement jamais regardé ma montre. Tous les 4kms, je m’hydrate avec mes gourdes d’eau sucrée. Et on continue tout en maintenant l’allure. Les jambes déroulent, et tant que ça passe, c’est des secondes gagnées sur le chrono final. Avoir un pacer perso à côté de moi me rassure, je sais que si je décroche, il y aura quelqu’un pour me motiver. Mais là, je suis vraiment surprise, car je me sens vraiment bien. Vers le 7ème km, Richard nous lâche, il préfère ne pas se cramer dés le début de la course pour profiter jusqu’au bout. Puis vers le 9ème, ça sera au tour de Dan qui n’arrive pas à tenir le rythme.

DSC_0027

Km 10-12

C’est le bord de mer. On passe le 10km en 47;11. Nous sommes en avance. Je suis aux anges. On croise Marie qui nous encourage et c’est super cool.  Sinon, je n’en crois pas mes yeux, car je me sens vraiment bien. J’ai hâte de passer le 13ème km qui est souvent décisif sur un semi-marathon. Si je suis bien au 13ème, c’est que c’est mon jour !

DSC_0043

Km 12-14

Nous voilà vers le 12ème kilomètre. Nous longeons le bord de mer, c’est juste magnifique ! J’admire le paysage et je prends même le temps de faire un petit coucou au photographe !
20x30-SANE2080

20x30-SANE2079

20x30-SANE2082

Petite difficulté du parcours, avec un tunnel. Régis me dit alors de ralentir sur la montée. Je l’écoute et c’est vrai que ça fait du bien. On passe alors le 13ème km et là Régis me dit ; « C’est ton jour Juju, tu vas le faire ton record ! » Et pour une fois, dans ma tête, j’y croyais vraiment, car les jambes étaient là et les sensations étaient vraiment bonnes.

Km 15-16

Retour sur la plage et on commence à accélérer tout doucement. Régis me dit que je suis capable de faire mieux que mon objectif initial.

Km 17-18

Tout doucement, on se met sur un rythme de 4;35. Ca commence à devenir dur pour Thierry, qui nous lâche vers le 18ème km.

km 19-20

Régis continue d’accélérer le rythme, ça commence à devenir difficile. Je ne regarde toujours pas ma montre mais après avoir regardé les données, je comprends pourquoi je commençais en avoir plein les jambes; nous étions entre 4;25 et 4;30 ! Le 20ème km sera vraiment long, c’est 100% au mental désormais.

Le finish ! 

Ca y est on rentre sur la piste, il nous reste 200 mètres ! Régis me dit alors de tout donner !  Il est alors l’heure d’envoyer mon plus beau sprint, depuis le temps que je rêve de terminer une course sur une piste !  On prend l’extérieur et je m’envole vers la ligne d’arrivée (oui oui, je m’envole, je vais atteindre les 18km/h😅)

20x30-SANB3595

20x30-SANB3600

Je passe devant les photographes, impossible de faire un truc cool, un sourire, un geste. Je passe sous l’arche et c’est fini ! 1h38’44 à ma montre.  Je suis la plus heureuse !. La joie est immense et nous nous tombons dans les bras. Oui, ce chrono je l’attendais depuis Avril dernier ! On sera très rapidement rejoint par Thierry qui termine en 1h39’59 ! Il voulait faire sous les 1h40, ça c’est fait !

Eric, courant le marathon, on part l’encourager. On se place vers le 36ème km.  Certains sont encore lucides et dans le coup mais d’autres sont à l’agonie. Le spectacle est sublime et souvent poignant. Avec tout l’équipe, nous ne retenons pas nos encouragements qui font énormément de bien à tous. Eric terminera en 1h36 pour son premier marathon ! Chapeau bas !

Un peu plus tard, on retrouve tout le reste de l’équipe. Super contente de constater que je ne suis pas la seule à avoir fait un beau RP, tout le monde se félicite.  On peut vraiment fêter ça ! Pour la peine, je commence par une petite bière ! (oui, oui j’avais arrêté l’alcool, toutes boissons sucrées et alimentation grasse pendant 2-3 semaines ! et ça valait le coup 😉)

Le bilan !

Cette journée sportive aura vraiment été fantastique. J’aurai été comblé au delà de toutes espérances, non seulement par ma performance, mais aussi par celles de mes amis et l’incroyable force émotionnelle partagée avec ces véritables athlètes.

Merci à mon lièvre Régis, à mon coach Freddy, à ma famille, mes amis et mes copains pour leurs encouragements. C’est en partie grâce à vous, vous avez cru en moi et j’y ai pensé pendant la course. Merci à Sobhi Sport pour le t-shirt. Et je félicite tous mes camarades qui ont couru le semi-marathon à mes côtés.

DSC_0067

Sport

Compte-rendu : L’Arrachée 2017 – Boue et bonne humeur !

19 novembre 2017
IMGP7455.DNG copie

 Le Samedi 28 octobre, c’était la troisième édition de L’Arrachée au Parc de l’Isle Briand au Lion d’Angers (49). C’est avec Lauriane, lors de notre raid en Mai dernier que nous avons découvert qu’il existait cette course d’obstacles près d’Angers. Après avoir essayé celle de l’Herculéenne, nous avons décidé de nous lancer une nouvelle fois…dans la boue ! 

L’arrachée, c’est une épreuve de course à pied d’environ 10kms, ponctuée de 23 obstacles inspirés du parcours du combattant à franchir dans un seul but : prendre du plaisir !

Le départ de notre vague avait lieu à 14h. Nous arrivons alors sur place à 13h. Le retrait des bracelets est très rapide et il y a même une consigne (très pratique pour la clé de la voiture et pour filer rapidement à la douche après la course !).

Notre départ ayant lieu dans l’aprés-midi, nous avons eu de la chance avec le temps puisque la « chaleur » et le soleil étaient au rendez-vous ! Puis ça y est arrive notre tour ! Nous commençons par un petit échauffement de quelques minutes. A la fin de celui-ci, on nous demande de retirer nos baskets droites, de les lancer dans un contenant et un petit tracteur emmène son butin à environ 75 mètres de la ligne de départ.

 Le départ est donc lancé avec une seule basket au pied ☺

IMG_2453

Et là impossible de retrouver ma chaussure ! La prochaine fois, je mets une chaussure rose ou jaune fluo. C’est finalement Lauriane qui mettra la main dessus !

Les premiers obstacles arrivent rapidement : dessus-dessous avec un zig-zag de course, grimpé de maisonnette, puis un tunnel sombre à traverser dans une ambiance façon Halloween avec loup-garou et autres monstres !

IMG_7262

Nous passons sur un combo filet et cherchons activement notre chemin dans un labyrinthe, puis arrivons dans la zone « ASN Warrior » : 3 niveaux de difficultés nous sont alors proposés pour franchir les obstacles de cette zone. Nous avons choisi le medium level ! Ca nous rappelle les parcours d’accrobranche.

Nous reprenons la course et suivons un fil d’Ariane : mini mur incliné + toile d’araignée + passage rapide dans la forêt + mini tuyau, puis enchaînons avec un passage dans une fosse de boue sous filet, un ramping sous barbelés et un porté de sac de sable sur un parcours alternant escaliers, côtes et pentes.

_MG_7776

Nous prenons ensuite notre élan pour attraper un filet et grimper un talus assez haut, très sympa ! Puis traversons un pont de singe, là encore plusieurs niveaux de difficulté sont proposés, avec des tensions et des matériaux différents.

Et là arrive le moment, où on va vraiment commencer à se mouiller les fesses ! Un cours d’eau vaseuse nous attend. Je ne préfère pas trop réfléchir et j’avance !

Puis après quelques obstacles, c’est le ravito. Eau, coca, chocolat, brioche, il y a de quoi reprendre des forces !

Arrive le ventriglissse… Bon sur cet obstacle, je reste un peu sceptique, car ça ne glissait pas vraiment.

La course reprend, nous passons par dessus des gros troncs d’arbre et faisons un mini ramping dans un tunnel. Il est temps de traverser le lac, grâce à des canoës alignés.

IMG_7516

IMG_7415

Quelques mètres plus loin, nous passons dans un bac d’eau fraîche avec des ballons de plage, puis arrivons au pied de fosses et buttes de boue qui nous vaudra une belle petite baignade tant attendue par les bénévoles et spectateurs présents. Oui, oui, car là on va tomber sur un groupe qui ne va pas nous laisser sortir propre de cette fosse de boue ! Bataille obligée !

IMG_7667

IMG_7668

IMG_7677

IMG_7681

IMG_7690

IMG_7695

IMG_7698

Les  derniers obstacles sont à l’approche avec des structures imposantes : une succession de trois murs de pneus avec entre chacun d’eaux un chemin de pneus, puis la touche finale avec un grand toboggan gonflable et une arrivée dans la mousse, génial, on saute dedans, on rebondit, on glisse, on s’amuse tout simplement.

Nous passons la ligne d’arrive après 1h30 de pur plaisir. Et c’est pas du propre !

IMGP7455.DNG copie

IMGP7455.DNG

Le speaker de l’arrivée met l’ambiance, nous accueille avec le sourire et nous interview à chaud pour recueillir nos impressions sur course.
 Nous récupérons ensuite nos t-shirts Finisher, déjà prêts dans des sacs au nom de l’équipe, super idée ! Car cela signifie que chaque coureur aura un t-shirt à la taille indiquée lors de son inscription. 
Pas de ravitaillement de fin, car un repas chaud nous attend dans la salle de réfectoire et c’est ça vraiment trop cool !

Le bilan

Une superbe course sur un site magnifique, sur laquelle nous nous sommes aussi bien amusées que dépassées, avec des obstacles inédits, originaux et bien équilibrés.
Nous avons fini la course avec un réel sentiment de plaisir d’être là et d’avoir pu profiter du moment à fond.

Une très bonne organisation. Peut-être juste revoir quelques obstacles et le tracé est un peu juste par moment.

A très vite pour de nouvelles aventures !

Sport

Compte-rendu : Cross du Bois de Serres (Région lyonnaise)

1 novembre 2017
IMG_4605 - copie

Il y a quelques semaines, j’ai participé à la 42ème édition du Cross du Bois de Serres, en région Lyonnaise. Cette course, je la connais bien, puisque c’était ma 11ème participation et que j’y avais participé pour la première fois à l’âge de 4 ans, accompagnée de ma grande-mère. Cette année, il était donc temps de montrer ma progression ! 

L’histoire

Crée en 1976, 29 concurrents prirent le départ cette année-là mais par un prompt renfort, ils se virent 69 dès le second effort. Depuis, si le nombre des participants a encore progressé pour atteindre 181 à l’occasion de l’édition 2014, la course a conservé son caractère familial et convivial.

Elle est ouverte aux concurrents de tous âges, à l’exclusion des personnes licenciées de la Fédération Française d’Athlétisme. Sur la ligne de départ se retrouvent alors des enfants comme des adultes !

Le parcours

Le Cross du Bois de Serres emprunte un circuit vallonné (170m de dénivelé) à travers le Bois de Serres, d’une longueur de 4,240 km

La course

Bon il faut savoir que fin Août, je me suis blessée. Pour ceux qui ne le savent pas, je me suis fait une entorse lors de mes vacances en Indonésie. C’est donc après 1 semaine de reprise en course à pied que je prenais le départ de ce cross, avec un peu d’appréhension. Je savais d’avance que mon manque d’entrainement aller se ressentir.

IMG_7590

Ce cross c’est tellement à la cool et convivial que le départ est donné à voix haute : 5-4-3-2-1-0. Et c’est parti !

IMG_7592

IMG_7599

Mon père part à fond et je le laisse partir. Je vois ma montre qui s’accélère et je décide alors de ralentir, car je sais que la fin va être très dur. Je prends alors un rythme aux alentours de 4;20. Puis voilà qu’arrive la première montée et je rattrape une femme. Et là qui c’est que je vois devant avec son tee-shirt rouge ? Mon père ! Je le double alors sans trop le narguer !

071_JLL

Puis voilà qu’une grande descente arrive, je la dévale à fond la caisse ! J’atteins les 15km/h et je rattrape encore une autre fille ! J’en vois une autre au loin et je me lance à sa poursuite. Je me retrouve alors au milieu de petits jeunes qui carburent !

004_a_gt

071_b_gt

Bon ma tête n’en parlons pas, mais les bras non plus !

Puis changement de rythme avec un faux plat. La fille devant commence à peiner, je décide alors d’accélérer un peu et de la doubler. La suite sera calme et bucolique avant l’enfer !

Arrive alors une montée avec des racines. Ici c’est le calvaire ! Vraiment ! C’est alors que le photographe m’annonce que je suis première.

071-RG

Motivée comme jamais, je décide alors de courir à petites foulées mais je vois que je n’avance pas du tout tellement elle est raide. Je décide alors de marcher et rapidement ! Puis arrivé en haut, il faut relancer. Ca va, il me reste des forces ! On sort de la forêt et on arrive sur la route. Je vois alors ma grande-mère et ma petite soeur qui m’encouragent.

IMG_7612

C’est les derniers mètres mais peut-être les plus durs, car il reste encore une grande montée mais celle-ci je la connais bien, car je me suis entrainée ici cette été. Je diminue alors ma foulée pour mieux l’appréhender et je me lance ! Ca y est, je vois enfin la ligne et d’arrivée, je relance et je sprinte sous les encouragements des gens. J’arrive et je suis surprise, car je suis plutôt en bonne forme. Je devais en avoir sous le pied mais pourtant la fin de parcours de ce cross est vraiment dur.

Je me dépêche alors vite pour aller encourager mon père, ma mère et mon grand-père. Oui oui, mon grand-père qui a 80 ans et qui court encore ! Je suis fière de lui ! Bon n’oublions pas mon père et ma mère qui courent également très bien !

Résultats

Je termine alors 17ème sur 119ème au classement général, en 20’24. Et je me classe alors 1ère femme sur 48 participantes. C’est sûr je ne m’attendais pas à un tel palmarès et je suis plutôt contente ! Et en tout cas, les deux jeunes filles derrière ont un avenir prometteur, car elle n’étaient pas loin !

IMG_7667

prix05-mb

A très vite ! 

Sport

Compte-rendu : Les 10kms du Run in Lyon

6 octobre 2017
2-RIL2017-DC-21856

Dimanche dernier, je participais à la 8ème édition du Run in Lyon. Même si c’est à cette course où je suis passée pour la première fois en dessous des 50 minutes au 10km, depuis 2 ans, le nouveau parcours me portait un peu malchance. L’année dernière, je m’étais alors jurée de ne pas me réinscrire. Finalement, je me suis retrouvée de nouveau sur la ligne de départ du 10km…

C’est vers le mois de Mai-Juin, que ma meilleure amie me propose que l’on s’inscrive de nouveau à cette nouvelle édition du Run in Lyon.  Dans un coin de  tête, je me dis « oh non, pas encore… cette course me porte la poisse ». Puis dans un autre coin de ma tête, j’ai vraiment envie de lui faire plaisir. J’accepte alors.

Je vais vous expliquer pourquoi je n’aime plus trop cette course et pourquoi elle me fait peur. En 2014, je cours pour la première fois le Run in Lyon et je vais enfin passer cette fameuse barre des 50 minutes au 10km. En 2015, je cours mon premier semi-marathon, que je termine en 2h04 dans la souffrance la plus totale. J’apprendrai un peu plus tard que j’étais anémiée. L’année dernière, sur le 10km, prise de stress, je suis partie à fond et j’ai donc subi toute la course. Ca suffisait ! Je n’avais plus envie de recourir les prochaines éditions. Cette course n’était pas pour moi. Mais finalement cette année, j’ai décidé de redonner une chance au Run in Lyon ! Haha ! Cette course pouvait peut-être prendre une nouvelle tournure et j’allais peut-être retrouver le plaisir de courir de nouveau cette course.

J’ai donc suivi à la lettre la préparation de Freddy, mon coach, jusqu’à ce que je me fasse une entorse à la cheville et que par la suite je tombe malade. Je savais alors que la perf sur le 10km de Lyon ne serait plus possible… J’avais du mal à retrouver ma vitesse et mon énergie. J’ai tout de même continué à me préparer jusqu’au bout pour ne rien regretter. Mais finalement, je n’ai jamais vraiment été confiante et en plus je crois au proverbe « Jamais deux sans trois ».

Quelques jours avant

Le Mercredi de la semaine du Run in Lyon, je suis tombée de nouveau malade ; mal de gorge, toux et rhume…Bref, pas cool…J’essaye alors de me soigner tant bien que mal.

Le Vendredi midi, nous avons récupéré les dossards. Le village est toujours très bien avec plein de stands très intéressants. Et enfin, ils ont changé le modèle du tee-shirt qui est vraiment bien plus beau que les années précédentes !

Le Jour J

9h, le réveil sonne ! Héhé pas mal de faire une petite grass’mat avant de prendre le départ d’une course. Normalement, on connait tous le réveil qui sonne aux alentours de 7h !

11h15, nous sommes prêtes dans notre Sas. Je souhaite bonne chance à ma meilleure amie et je lui donne quelques conseils de dernière minute pour gérer au mieux sa course.

IMG_4666

11h35, le départ est donné. Je pars doucement, le temps de me frayer un petit chemin mais pour une fois, je ne suis pas gênée par le monde. Les panneaux des deux-trois premiers kilomètres arrivent très vite,  je me sens bien et je profite du paysage.

Puis à partir du 4ème km, je commence à souffrir. J’ai mal à la gorge et les jambes commencent à ressentir mon manque d’entrainement. Je sens vraiment que je ne suis pas au top de la forme. Et je commence à comprendre que le Run in Lyon s’acharne de nouveau sur moi ! Je continue tant bien que mal de mettre un pied devant l’autre.

J’ignore le ravitaillement du 5ème km. C’est peut-être une erreur, mais tant pis.

Bon, c’est vrai que Lyon c’est magnifique mais c’est en partie grâce à son relief, et ses collines et ce n’est donc pas toujours très plat !

Puis vers le 6ème km, je croise alors un copain, Dominique, qui prend des photos. Ca me redonne un peu le moral de le voir. Et oui oui, je garde toujours le sourire même dans la souffrance !

IMG_4676

IMG_4677

Voilà, qu’arrive la partie du parcours la plus redoutée; le tunnel de la Croix Rousse. 1,5km à mourir de chaud, manquer d’air avant de ressortir et de prendre un petit courant d’air ! Franchement, c’est looooong à mourir et je suis incapable d’avancer. Je me fais doubler, ça me déprime… je ne trouve plus les forces nécessaires.

Un peu après le 8e kilomètre la petite montée pour aller sur le pont Morand n’est pas terrible en soi mais sur une fin de parcours et avec la fatigue cumulée elle est assez redoutable. Et elle sera REDOUTABLE, je n’avance pratiquement plus du tout.

Le parcours rejoint la presqu’île et nous longeons quelques uns de ses plus beaux sites : l’Opéra, l’Hôtel de Ville, la place des Terreaux. J’essaye tant bien que mal d’accélérer un peu pour repasser en-dessous des 5min au km mais c’est compliqué.

Puis, voilà la grande rue de la République. Il reste 1,5km et après c’est fini. Les spectateurs nous encouragent, c’est vraiment cool. Je reprends alors un peu de rythme.

1-RIL2017-FLOG-7128

J’arrive Place Bellecour. Les derniers mètres sont longs mais les encouragements du public sont là pour me faire tenir. J’accélère, je donne tout sur les 300 derniers mètres. J’arrive même à faire un petit sourire aux photographes et je passe enfin l’arche d’arrivée.

2-RIL2017-OP-7929

IMG_4666

Déçue ? Oui mais je m’y attendais depuis le début. Je reprends alors mon souffle et j’attends ma meilleure amie qui arrive et qui termine en 55 minutes. On récupère alors notre chouette médaille avant d’aller reprendre des forces au ravitaillement.

IMG_4670

IMG_4671

Résultats

Les conditions n’étaient pas réunies ; j’étais stressée suite à des histoires personnelles, j’étais malade et puis finalement je manquais cruellement d’entrainement. Je termine alors en 50;40. J’ai plutôt limité les dégâts ! Et puis, finalement malgré ce temps très médiocre, je ne me classe pas trop mal !

Capture d’écran 2017-10-04 à 10.51.15

Je tiens également à féliciter ma meilleure amie qui termine en 55.41. La prochaine fois, je vais tenter de faire descendre son chrono en dessous des 55 minutes lors des Foulées de l’Eléphant à Nantes.

Bon sinon Run in Lyon, c’est quand même une superbe course. L’organisation est top, les spectateurs sont présents et le parcours est magnifique !

Et vous, avez-vous participé à une course ?

A très vite !