Browsing Category

Sport

Sport

Compte-rendu : Les 10kms du Run in Lyon

6 octobre 2017
2-RIL2017-DC-21856

Dimanche dernier, je participais à la 8ème édition du Run in Lyon. Même si c’est à cette course où je suis passée pour la première fois en dessous des 50 minutes au 10km, depuis 2 ans, le nouveau parcours me portait un peu malchance. L’année dernière, je m’étais alors jurée de ne pas me réinscrire. Finalement, je me suis retrouvée de nouveau sur la ligne de départ du 10km…

C’est vers le mois de Mai-Juin, que ma meilleure amie me propose que l’on s’inscrive de nouveau à cette nouvelle édition du Run in Lyon.  Dans un coin de  tête, je me dis « oh non, pas encore… cette course me porte la poisse ». Puis dans un autre coin de ma tête, j’ai vraiment envie de lui faire plaisir. J’accepte alors.

Je vais vous expliquer pourquoi je n’aime plus trop cette course et pourquoi elle me fait peur. En 2014, je cours pour la première fois le Run in Lyon et je vais enfin passer cette fameuse barre des 50 minutes au 10km. En 2015, je cours mon premier semi-marathon, que je termine en 2h04 dans la souffrance la plus totale. J’apprendrai un peu plus tard que j’étais anémiée. L’année dernière, sur le 10km, prise de stress, je suis partie à fond et j’ai donc subi toute la course. Ca suffisait ! Je n’avais plus envie de recourir les prochaines éditions. Cette course n’était pas pour moi. Mais finalement cette année, j’ai décidé de redonner une chance au Run in Lyon ! Haha ! Cette course pouvait peut-être prendre une nouvelle tournure et j’allais peut-être retrouver le plaisir de courir de nouveau cette course.

J’ai donc suivi à la lettre la préparation de Freddy, mon coach, jusqu’à ce que je me fasse une entorse à la cheville et que par la suite je tombe malade. Je savais alors que la perf sur le 10km de Lyon ne serait plus possible… J’avais du mal à retrouver ma vitesse et mon énergie. J’ai tout de même continué à me préparer jusqu’au bout pour ne rien regretter. Mais finalement, je n’ai jamais vraiment été confiante et en plus je crois au proverbe « Jamais deux sans trois ».

Quelques jours avant

Le Mercredi de la semaine du Run in Lyon, je suis tombée de nouveau malade ; mal de gorge, toux et rhume…Bref, pas cool…J’essaye alors de me soigner tant bien que mal.

Le Vendredi midi, nous avons récupéré les dossards. Le village est toujours très bien avec plein de stands très intéressants. Et enfin, ils ont changé le modèle du tee-shirt qui est vraiment bien plus beau que les années précédentes !

Le Jour J

9h, le réveil sonne ! Héhé pas mal de faire une petite grass’mat avant de prendre le départ d’une course. Normalement, on connait tous le réveil qui sonne aux alentours de 7h !

11h15, nous sommes prêtes dans notre Sas. Je souhaite bonne chance à ma meilleure amie et je lui donne quelques conseils de dernière minute pour gérer au mieux sa course.

IMG_4666

11h35, le départ est donné. Je pars doucement, le temps de me frayer un petit chemin mais pour une fois, je ne suis pas gênée par le monde. Les panneaux des deux-trois premiers kilomètres arrivent très vite,  je me sens bien et je profite du paysage.

Puis à partir du 4ème km, je commence à souffrir. J’ai mal à la gorge et les jambes commencent à ressentir mon manque d’entrainement. Je sens vraiment que je ne suis pas au top de la forme. Et je commence à comprendre que le Run in Lyon s’acharne de nouveau sur moi ! Je continue tant bien que mal de mettre un pied devant l’autre.

J’ignore le ravitaillement du 5ème km. C’est peut-être une erreur, mais tant pis.

Bon, c’est vrai que Lyon c’est magnifique mais c’est en partie grâce à son relief, et ses collines et ce n’est donc pas toujours très plat !

Puis vers le 6ème km, je croise alors un copain, Dominique, qui prend des photos. Ca me redonne un peu le moral de le voir. Et oui oui, je garde toujours le sourire même dans la souffrance !

IMG_4676

IMG_4677

Voilà, qu’arrive la partie du parcours la plus redoutée; le tunnel de la Croix Rousse. 1,5km à mourir de chaud, manquer d’air avant de ressortir et de prendre un petit courant d’air ! Franchement, c’est looooong à mourir et je suis incapable d’avancer. Je me fais doubler, ça me déprime… je ne trouve plus les forces nécessaires.

Un peu après le 8e kilomètre la petite montée pour aller sur le pont Morand n’est pas terrible en soi mais sur une fin de parcours et avec la fatigue cumulée elle est assez redoutable. Et elle sera REDOUTABLE, je n’avance pratiquement plus du tout.

Le parcours rejoint la presqu’île et nous longeons quelques uns de ses plus beaux sites : l’Opéra, l’Hôtel de Ville, la place des Terreaux. J’essaye tant bien que mal d’accélérer un peu pour repasser en-dessous des 5min au km mais c’est compliqué.

Puis, voilà la grande rue de la République. Il reste 1,5km et après c’est fini. Les spectateurs nous encouragent, c’est vraiment cool. Je reprends alors un peu de rythme.

1-RIL2017-FLOG-7128

J’arrive Place Bellecour. Les derniers mètres sont longs mais les encouragements du public sont là pour me faire tenir. J’accélère, je donne tout sur les 300 derniers mètres. J’arrive même à faire un petit sourire aux photographes et je passe enfin l’arche d’arrivée.

2-RIL2017-OP-7929

IMG_4666

Déçue ? Oui mais je m’y attendais depuis le début. Je reprends alors mon souffle et j’attends ma meilleure amie qui arrive et qui termine en 55 minutes. On récupère alors notre chouette médaille avant d’aller reprendre des forces au ravitaillement.

IMG_4670

IMG_4671

Résultats

Les conditions n’étaient pas réunies ; j’étais stressée suite à des histoires personnelles, j’étais malade et puis finalement je manquais cruellement d’entrainement. Je termine alors en 50;40. J’ai plutôt limité les dégâts ! Et puis, finalement malgré ce temps très médiocre, je ne me classe pas trop mal !

Capture d’écran 2017-10-04 à 10.51.15

Je tiens également à féliciter ma meilleure amie qui termine en 55.41. La prochaine fois, je vais tenter de faire descendre son chrono en dessous des 55 minutes lors des Foulées de l’Eléphant à Nantes.

Bon sinon Run in Lyon, c’est quand même une superbe course. L’organisation est top, les spectateurs sont présents et le parcours est magnifique !

Et vous, avez-vous participé à une course ?

A très vite !

Sport

Compte-rendu : La Ronde des Douaniers

10 août 2017
DSC02614

Après avoir bien profité d’une semaine en Sardaigne, il était grand temps que je me reprenne en main ! Souvent l’été, j’en profite pour faire des courses nature. C’est donc avec mes copains runners que je me suis inscrite, sans hésitation à la Ronde des Douaniers.

Pour cette course, aucun objectif, juste du plaisir !

Réveil à 6h30, un petit-déjeuner en speed puis je passe prendre Dan pour enfin rejoindre Richard et Magali qui nous récupèrent pour aller à St-Nazaire. Arrivé sur place, pas grand monde… Je récupère mon dossard puis j’essaye en vain de trouver l’arche de départ. Richard m’apprendra alors qu’il n’y a pas une arche mais des algues pour former la ligne de départ ! Oh ba ça va, ils sont à la cool ici donc moi aussi je vais courir à la cool !

DSC02587

On dépose nos affaires à la voiture puis on part s’échauffer avant de rejoindre cette fameuse ligne de départ. On discute quand tout à coup on entend un coup de sifflet, je réalise alors que c’est le départ de la course ! Richard est parti à fond, ainsi que Cédric. Je reste alors avec Dan et Johan sur un rythme tranquille.

DSC02604

C’est après ces 3 kms le long de la mer que les choses vont se compliquer ! D’abord, retour sur la plage et je ne suis pas du tout habituée à courir sur le sable. Johan lui semble très à l’aise et s’envolera ! Je continue de rester dans les pas de Dan alors qu’on se dirige vers le sentier des douaniers. On garde une bonne allure et on double pas mal. Puis vers le 5ème km, Dan commence à accélérer. Je lui dis alors de partir et je continue sur mon rythme tout en profitant du paysage.

DSC02608

Un peu plus loin, je croise Magali et Frédérique, la femme de Johann. C’est super cool d’avoir des encouragements et je les remercie !

Je vais découvrir que cette course est constituée de pas de mal de changements de rythmes ; des escaliers, des petites côtes, des passages sur le sable… Mais c’est vraiment très beau et super sympa. Je prends un maximum de plaisir !

Vers le 9km, le terrain devient plus régulier et je décide alors de mettre un petit coup de carburant ! Quelques minutes plus tard, je fais mon arrivée seule sur la plage, un peu génée devant plus de cent personnes…

Je retrouve tous mes copains autour d’une petit mousse. Ils ont très bien couru et ont tous amélioré leur temps par rapport à l’année dernière. Bravo à eux.

DSC02617

En tout cas, j’ai passé un super moment. Cette course mérite d’être amplement connue de par son paysage et son ambiance.

DSC02620 DSC02621

Résultats

Je termine alors les 9,6km en 56min, 222 sur 362 au classement général et dans les 15 premières féminines.

Un grand merci à Magali pour les photos et à très vite pour de nouvelles aventures ! 

Sport

Compte-rendu : Course nature Les Côteaux de la Logne

8 juillet 2017
DSC02539

Le 25 Juin, j’ai participé à la course nature Les Côteaux de la Logne à Corcoué-sur-Logne. Je vous partage avec vous ce moment ! 

C’était ma deuxième course nature de 2017, et j’ai opté sans trop réfléchir pour le format du 9,9km… non par fainéantise mais parce que j’étais loin d’être prête de courir 21km et que pour le moment, je me sens plus à l’aise sur des petites distances. 10km ça me suffit, j’en ai déjà assez dans les pattes ! Du coup, pas d’objectif pour cette course mais juste du plaisir !

Le matin même, je récupère une partie de la troupe et nous filons à Corcoué-sur-Logne. Une fois arrivé sur place, nous récupérons notre dossard avant de faire un « mini echauffement »

Puis c’est déjà le départ de la course. Le plus courageux c’est Régis, qui va courir le 21km ! Tous les autres courent également le 9,9Km !

Rapidement, je suis prise dans des embouteillages ! J’essaye de dépasser mais c’est compliqué, car c’est étroit. Je vais finalement réussir à prendre mon rythme 700m après le départ. Au bout d’un kilomètre, Dan me dit « Tu vas trop vite » et il commence à râler auprès de Régis !  Je suis pourtant à 4;40 et ça me convient très bien ! Les 2 premiers kilomètres alternent bitume et chemin rocailleux dans les vignes. C’est magnifique.

Au 5ème kilomètre, ça commence à monter mais on garde le sourire !

Puis, c’est vers le 6ème km que les choses vont se corser, car ça devient de plus en plus technique mais j’essaye de garder la cadence. Par contre, je sens que je manque de stabilité et de gainage, surtout dans les descentes où je ne suis pas du tout à l’aise. Mais je m’oblige à m’imposer un certain rythme surtout qu’un groupe d’hommes « me courent après » !

8ème kilomètre, le terrain est toujours autant irrégulier mais c’est magnifique et je prends énormément de plaisir. Ce sont des chemins qu’il est difficile de parcourir tout seul sans se perdre, donc je profite à fond. On termine le parcours par une traversée d’eau pour finalement franchir la ligne d’arrivée  avec ce qu’il me reste dans les jambes !

Je termine alors 10ème féminine et 4ème SEF et 81ème sur 248 au classement général en 52 minutes et des poussières !  En tout cas, c’est une chouette course et j’ai hâte de renouveler l’expérience avec des nouvelles course natures.

A très vite !

Sport

Compte-rendu : Vendée Raid’O Score 2017

7 juillet 2017
IMG_5997

Il y a quelques mois, Lauriane me proposait de faire le Vendee Raid O’Score. Je fonce donc voir sur le site mais pas vraiment beaucoup d’informations : 220km et 17h d’efforts…Cela me laisse un peu perplexe…Cette idée me paraît vraiment folle mais Lauriane ne va pas mettre longtemps à me convaincre ! Ce type d’épreuve me plaît vraiment et j’ai envie qu’on se lance un nouveau challenge !

Ce compte-rendu est donc vraiment le récit de deux amatrices raideuses, mais sportives « lâchées » dans la nature pour parcourir un raid de plus de 100 km !  Oui, des amatrices, car nous sommes loin d’être des pros du raid. Le sport de Juliette c’est la course à pied et celui de Lauriane, le tennis. Même si je cours un 10km en moins de 45 minutes, j’étais loin d’être prête pour enchainer de multiples épreuves et le tout en orientation ! Oui vraiment, car il y a quelques mois, on ne connaissait rien au raid, on ne savait même pas se servir d’une boussole ! Mais en tant que filles volontaires, sportives et à la recherche de nouveaux challenges, on avait vraiment envie de se lancer dans un raid 100% orientation, 100% nature, 100% adrénaline et on allait s’y préparer. Au programme, des entrainements de canoë, des randos VTT, des courses à pied, de la course d’orientation et pour finir un premier raid de 45km au mois de Mai.

C’était donc le 17 et 18 Juin qu’avait lieu le Vendée Raid O Score, un raid pas comme les autres où c’est le nombre de balises pointées qui comptent avant le chrono. La couleur était annoncée ; 450 balises, d’une valeur d’1 point chacune réparties dans 29 sections, sur un parcours de 250km en forêt, chemin, sur route et rivière. L’organisation l’avait annoncé, le raid est infaisable dans sa globalité, la stratégie va être aussi importante que le physique ou la technique d’orientation.

Au programme, 4 types de déplacement :  la course à pied, le VTT, le Run & Bike et le canoë avec des supports variés (cartes IOF, IGN, vues aériennes, roadbooks, fléchés allemands).

C’est donc 2 journées de raid bien chargées qui nous attendaient. Précisons aussi que le raid à eu lieu le week-end de la canicule !

Capture d’écran 2017-06-20 à 05.48.38

Pour ce compte-rendu, je ne vais pas faire un déroulé section par section, car cela serait trop long et vous ne lirez pas jusqu’au bout, mais voici les temps forts.

J-3

Nous recevons notre Roadbook avec les différentes sections. Avec lolo, nous prenons le temps d’éliminer celles nous souhaitons pas faire afin de ne pas nous retrouver hors délai. Mais sincèrement, au premier abord, la compréhension du roadbook a été difficile pour nous, car nous n’étions pas sûres de le comprendre comme il le fallait avec les différentes couleurs. On décide alors d’envoyer un email à l’organisateur du raid, qui a vraiment dû se demander qu’est-ce qu’on faisait dans ce raid…

Capture d’écran 2017-06-30 à 11.30.33

Mais difficile de savoir si ces options seront payantes, car la difficulté du parcours, la forme physique ou les éventuelles erreurs pourraient tout chambouler très rapidement

Jour 1 : Samedi 17 Juin

Lauriane passe me récupérer chez moi à 7h et nous prenons la direction de Poirée sur Vie.

Une fois arrivé sur place, on récupère notre dossard, on dépose notre sac pour la nuit et nos vélos. Je commence à stresser, le niveau des équipes engagées est très élevé, puisqu’il s’agit d’une étape pour récolter des points pour les championnats de France. Bref, au début avec Lauriane, on ne se sent pas vraiment à notre place et on se demande vraiment ce qu’on fait là !

Puis  transfert en car jusqu’au lieu du départ. On en profite pour prendre notre déjeuner à 10h : une salade de riz !!! Il faut bien prendre quelques forces ! Briefing sur la plage : des informations importantes mais difficile de tout mémoriser !

Ca y est, c’est le grand départ sur la plage de Saint Hilaire de Riez. On part pour un prologue de 1,8km en course à pied puis on enchaîne avec la première C/O en forêt. On fait le choix de ne pas perdre notre temps, car ce n’est pas notre fort. On souhaite prendre de l’avance en début de journée pour se caler sur les horaires conseillés par l’organisation. Comme nous sommes des débutantes aguerries, on veut suivre à la lettre le raidbook envoyé quelques jours avant par l’organisation !

On enchaîne avec une VTT’O en ville. Le début est un peu difficile. On a toujours du mal à se mettre dans le bain…On décide d’aller au plus court mais finalement on ne va pas trop mal s’en sortir !

Et là, c’est le début des surprises !

Il est temps de commencer l’épreuve de canoë. Lauriane n’a pas vraiment envie de salir ses nouvelles Salomon mais il faut se mettre à l’évidence qu’il n’y pas vraiment le choix et qu’on va avoir les pieds couverts de vase.

IMG_5348

IMG_5349

IMG_5350

IMG_5351

En effet, il faudra souvent descendre sur la berge avec son embarcation sans finir dans la vase puis tenter de pointer son doigt dans les boitiers sauf que la marée descend et pas les balises ! On tombe alors souvent dans les pièges de la vase à s’enfoncer, au point que je n’arrive plus à avancer ! Je laisse donc mes chaussures dans la vase pour aller biper et pour enfin récupérer mes chaussures à la main ! Bon à vrai dire, je vais terminer la section canoë en chaussettes ! Quant à Lauriane, elle fera un petit plouf pour se rafraichir !

la vase

Un peu plus tard, Lauriane fera une lourde chute, dans un espèce de parc à huitres en essayant d’attraper une balise et nous serons également obligées de laisser une autre balise de côté, car nous sommes bien trop petites pour l’attraper.

Arrivé à Saint-Gilles Croix de Vie, il faut porter le canoë mais ouf, nous allons tomber sur des garçons charmants qui vont nous aider ! Merci à eux !

kayak

galanterie 1

kayak 2

Cette  deuxième section de canoë nous paraît interminable. En plus, nous avons le vent de face sur les derniers kilomètres !

Et comme si on en n’avait pas eu assez, il a fallu qu’on loupe l’embranchement pour rejoindre l’arrivée du canoë ! On terminera alors à porter notre canoë sur plusieurs mètres au beau milieu des bottes de pailles !

on récupère le canoé

IMG_5568

IMG_5569

35401449995_0bc4057fa5_o

On bouclera le canoë en 3 heures au lieu des 2 heures prévues. Nous avons donc pris un sacré retard. Quand nous arrivons au poste de contrôle, la C/O en relai est fermé, ça tombe bien on ne voulait pas la faire !

jour 1

Les sections s’enchainent vite, c’est très dynamique mais on garde notre bonne humeur !

On s’accord un petite pause au ravitaillement pour reprendre des forces ; saucissons, bananes, tuc…

Puis, c’est reparti pour du VTT en tracé allemand. Je m’occupe de la carte et Lolo du compteur. Tout se passe bien ! J’avais révisé quelque jours avant le tracé allemand donc on s’en sort parfaitement bien sans aucune fautes commises.

IMG_5604

IMG_5601

IMG_5608

Puis s’en suit le gros suivi VTT’O entrecoupé de 2 CO. Encore une fois, on va au plus direct en récupérant des balises sur le chemin, qui s’avère assez technique. Un manque d’attention va me faire chuter dans le fossé !

lolo vtt

juju vtt

On enchaine les dernières sections pour terminer sur la dernière C/O à pied du premier jour. Puis nous bipons le boîtier d’arrivée avec 10 minutes d’avance sur l’horaire d’arrivée conseillé. Après plus de 50km en VTT, 15km de kayak et 10km de trail, nous terminons notre première journée, il est 21h20. Ce fut un début de course compliqué avec seulement 59 balises récupérées et 83ème sur 87 au classement. Néanmoins, nous sommes si heureuses d’avoir tenu une certaine cadence malgré les chutes et les blessures.

arrivée

Capture d’écran 2017-06-20 à 05.42.48

IMG_5883

L’objectif de la deuxième journée sera donc de grappiller quelques places au classement et d’être plus rapides pour récolter plus de balises. On ne traîne pas, on file à la douche, une bière, on dîne et zou au lit !

Jour 2 – Dimanche 18 Juin

Réveil à 1h50 et après uniquement 4h30 de pause, notre départ est prévu à 3h05. Ca pique un peu !

Après une nuit très courte et peu reposante, car avec Lolo, nous n’avons pas réussi à fermer l’œil de la nuit, nous reprenons le départ avec quelques douleurs mais le genou de lolo va un peu mieux. Ouf ! Il nous reste 9 heures de course à faire.

Les 2 épreuves de nuit sont source d’angoisse pour moi. Déjà que de jour on a du mal mais alors de nuit…Je récupère la carte du VTTo, ça va, ça n’a pas l’air trop compliqué.  Je préviens Lauriane qu’il faut tenir le rythme de ceux qui sont devant, car je n’ai pas envie qu’on se retrouve seules au milieu de nulle part, en pleine nuit ! En plus malgré toutes mes lampes, je ne vois riennnnnn ! Quant à Lauriane, ça n’a pas l’air de lui poser problème; elle fonce !  On enchaine quand même les balises sur un bon rythme, les jambes sont là.

On continue après par une C/O course à pied qui se passe plutôt bien. On fait impasse sur quelques balises pour ne pas perdre trop de temps.

Puis arrive le canoë sur le lac de d’Apremont. C’est magnifique, car le ciel est plein d’étoiles et c’est très beau avec toutes les frontales allumées. Là aussi, tout se passe pour le mieux même si j’ai mal aux épaules !

kayak nuit

Toujours dans la nuit, on enchaine avec un Bike and Run. Je décide de courir pendant toute la section pour soulager le genou de Lauriane et on essaye de faire au plus court pour ne pas prendre les balises qui sont éloignées, un peu comme d’hab ! lol !

Ces quatre épreuves de nuit étaient vraiment particulières ; une atmosphère calme, de fraicheur et d’isolement. On en prend plein la vue surtout avec le soleil qui se lève sur le lac.

Puis on repart en VTTo pour rejoindre une nouvelle section.

run and bike

Un petit ravito s’impose entre deux sections !

ravito

S’en suit un Run and Bike Mémo. Je décide encore de courir, car je me sens en forme. Il faut mémoriser à chaque fois la balise sur une carte et aller à cet endroit, On arrive avec de la marge à l’arrivée de cette section et nous décidons alors de faire la C/O urbaine.

Après la C/O urbaine, c’est un tracé allemand en VTT qui nous attend. On est contente, on aime bien !

tracé allemand

On enchaîne avec un Roadbook en VTT, sans encombre, mais à 1h30 de la fin on commence à être cuites mais on ne lâche pas. On enchaine les sections pour finalement terminer par un Run & Bike qui nous amènera à Poiré sur Vie. Je commence à courir pour après récupérer le vélo.

34615056423_544bbda108_o

35037602910_932cf6826d_o

35037603080_53a41268fd_o

35037603330_f4250b77cb_o

Lauriane sera finalement prise d’un coup de chaleur et je décide alors de terminer en course à pied, en plus, ça tombe bien, je me sens vraiment bien, au point de terminer à plus de 12km/h ! Bon c’est loin d’être ma vitesse au 10km mais bon je ne suis pas peu fière après ces centaines de kilomètres dans les jambes !

arrivée jour 2

THE END

Ca y est nous arrivons. On décide de faire impasse sur la C/O mémo, la dernière épreuve facultative du raid et nous franchissons la ligne d’arrivée des images plein la tête. Que ce fut dur, mais que ce fut bon !

Puis ça sera la récompense ; un petit apéro, un repas bien sympa et la remise des prix.

Bilan

Ce raid est très exigeant physiquement et mentalement. Les enchaînements sont très rapides, on ne prend jamais vraiment le temps de se reposer !  Mais nous avons vraiment passé un super raid. Il a fait chaud, mais le temps à rendu ce raid inoubliable avec des paysages à couper le souffle.

Les organisateurs nous ont proposés des parcours très intéressants, des épreuves variées et une multitudes de ravito  ! Donc vraiment un gros merci à l’organisation et à tous les bénévoles qui prennent vraiment soin de nous. Vraiment, c’était une organisation parfaite ! Pas un bénévole n’avait pas le sourire, tous étaient compréhensifs et ça c’est vraiment agréable quand on est au bout du rouleau !  Ce sont eux les héros du week-end ; tu jettes ton vélo par terre et tu le récupères 2 sections plus tard bien rangés et ils sont toujours à notre écoute.

Lolo, merci à toi, tu assures et ce fut un réel plaisir de faire équipe avec toi. J’ai eu une coéquipière hors pair. J’ai été ravie de partager cet exploit sportif avec toi, un challenge que je n’aurais pas pu partager avec des personnes autres que toi <3

Nous sommes d’autant plus fières, car nous avons bien remonté en terminant 73 sur 87ème (bon avec les abandons… lol) et le tout avec 132 balises. Oui, on est peut-être dans les dernières mais vous en connaissez vous beaucoup de filles qui se lancent dans des raids de cette envergure ?!

IMG_5882

Ce raid nous a permis de découvrir de jolis endroits de Vendée méconnus. Merci également pour la thalasso gratuite lors de la section canoë !

L’avantage de ce raid, c’est que même les plus novices pouvaient participer, car nous sommes libre de choisir nos option. Bon bien sûr, il faut savoir lire une carte et être bien physiquement ! Mais en tout cas, c’était super chouette ! Des images resteront longtemps gravées dans nos têtes. Merci encore !

Et voilà une petite vidéo qui retrace notre sacrée aventure !

Sport

Compte-rendu : Raid Anjou Sport 2017

16 juin 2017
Arrivée raid

Il y a quelques semaines, j’ai participé à mon premier raid avec mon binôme de choc, Lauriane ! Au programme ; 45km, de quoi se mettre en jambes !

En ce beau Dimanche du mois de Mai, l’édition du raid Anjou Sport démarre sous les meilleurs hospices pour les raiders, avec au programme 45 km d’orientation en VTT, en Run & Bike, à pied et en canoë et tout ça sous le soleil ! Arrivées sur place avec Lauriane, on se prépare. Pas d’oubli de matériel, on est juste un peu juste au niveau du temps, surtout pour analyser la carte !

juju carte

Nous voilà sur la ligne départ avec comme objectif ; se faire plaisir !

départ raid

On part d’abord en VTT, à la recherche de 2 balises,  ce qui permet de nous mettre en jambe de suite. On trouve la première très rapidement. Pour la deuxième, les choses vont se compliquer ! Nous arrivons à une intersection, il faut aller soit tout droit, à gauche ou à droite… et moi, je n’arrive plus à me retrouver sur la carte…On prend alors la décision de suivre un petit groupe qui est parti devant et ça sera la grosse erreur puisque ce n’était pas là du tout… On perd un temps fou le temps de revenir en arrière…On prendra finalement à gauche. Quelques kilomètres après, on trouve enfin cette fameuse 2ème balise et on pédale à fond vers le Run and Bike

Arrivées à l’épreuve, on récupère notre carte. Lauriane pédale et moi je cours.  Malheureusement, on se trompe sur la première balise et on perd du temps. Mais en retrouve vite notre chemin  et on récupère très rapidement les 2 balises.

juju court

Au retour du Run and Bike, on part pour un suivi en VTT. On gère, on trouve toutes les balises sans difficulté.

Puis on fonce vers la C/O (Course d’Orientation) en pointant des balises sur le chemin. Normalement, nous avions décidé de faire un nouveau suivi VTT mais au vu l’heure, nous décidons de privilégier la C/O. Mais qu’est-ce qu’elle est loin… Arrivées sur place, on fonce et on trouve toutes les balises d’un seul coup. Au retour de la C/O, on décide de faire impasse sur 3 balises et d’aller chercher une seule balise sur le suivi VTT.

carte

Sur le retour vers le canoë, on commence vraiment à avoir mal aux pattes mais le temps presse. Arrivées sur l’épreuve, on avale en quelques bouchées une part de quart de quart pour reprendre quelques forces.

Canoe

On prend notre canoë. Il y a 2 balises à pointer sur la Mayenne. Mais alors là, nous sommes prises d’un gros coup de fatigue et nous avons du mal à avancer. En plus une des balises est super loin… Oui oui, il faut les faire les 4km de canoë ! Mais on y arrive tant bien que mal. A la fin du canoë, on lance nos gilets de sauvage et on saute sur nos vélos pour arriver au plus vite à l’arrivée.

Ca y est c’est fini ! On arrive fatiguées mais heureuses de ce raid. Nous terminons, les 45 km, enfin plutôt 50km à notre compteur en 4h10 et 3ème féminine. Nous avons passons une excellente après-midi et j’ai vraiment eu une superbe coéquipière.

Arrivée raid 2

Un grand bravo aux organisateurs et aux bénévoles

Prochain défi : Vendée O Score

Photos : Nico.F Photography

Notre raid, en vidéo.. . oui c’est un peu raté (la caméra était mal placée et je n’ai pas eu assez de batterie !).

 

A très vite !

Sport

Compte-rendu : Elle & Lui 2017 au Parc du Grand-Blottereau

1 juin 2017
Dan et Moi 1

Depuis l’année dernière, j’avais envie de participer à cette course organisée par le RCN, un club Nantais. J’avais surtout envie de m’essayer de nouveau sur une distance courte et de partager avec Dan, mon partenaire de course, une nouvelle compétition. Nous avons donc jeté notre dévolu sur le Elle & Lui organisé au Parc du Grand- Blottereau.

Nous nous sommes donc inscrits au 4,8km avec quelques craintes de la part de Dan, qui avait peur que la course aille très vite ! Mais on participait sans objectif, c’était juste une course pour forcer un peu le corps à courir vite et surtout pour le partage.

Le jour J

Après, une reconnaissance du parcours, qui est plutôt plat,  nous avons fait quelques gamme et accélérations pour faire monter le coeur. Puis ce fut l’heure du départ !

Départ

Départ 2

Départ 3

Nous nous plaçons devant pour ne pas être pas gênés par le monde même si nous sommes seulement 64 duos mixte à prendre le départ. Au top départ, nous partons sur une allure de 3;50. Je dis donc à Dan qu’il faut ralentir tout de suite avant de se cramer et on se cale sur une allure de 4;15. Un couple est devant et la fille craque déjà ! On dépasse alors ce premier duo. 2km après, je me sens vraiment bien mais Dan rumine et me dit qu’il n’en peut plus. Il ralentit et nous sommes à 12km/h. Je lui dis alors d’accélérer un peu, car on ne va vraiment pas assez vite ! Je dis à Dan de s’accrocher et j’essaye de me mettre à côté de lui pour qu’il se cale à ma foulée.

Dan et moi 2

Dan et moi 3

Plus les kilomètres passent et plus Dan fait des bruits de souffrance et je commence à culpabiliser. Il respire super fort : la chaudière est en marche !

Je ne sais pas ce que j’ai aujourd’hui mais j’ai les jambes qui vont de l’avant ! Enfin je retrouve de bonnes sensations ! J’accélère un peu pour redonner du rythme à Dan. Il nous reste 500 mètres avant l’arrivée. Je lui dis : « On commence à accélérer » et il me répond « J’en peux plus ». C’est finalement 100 mètres avant l’arrivé qu’il va accélérer comme jamais, au point qu’il est devient difficile pour moi de le suivre. Je lui en veux un peu, car ça veut dire qu’il en avait encore sous la jambe !

Dan et moi 4

Dan et moi 5

Finalement nous terminons 8ème sur 64 en 20;48. Nous sommes SUPER heureux d’avoir partager cette nouvelle course ensemble. Nous sommes partis ensemble et nous avons franchis la ligne d’arrivée ensemble. Dan termine, premier V2 et moi 5SF. Je tiens vraiment à féliciter Daniel qui a vraiment fait un gros effort, car ça allait quand même bien vite !

La course était vraiment sympa et le parcours particulièrement plaisant malgré quelques relances et quelques faux plats.

J’ai adoré l’ambiance de la course qui était très conviviale et familiale.

A très vite !

Sport

Compte-rendu : Course nature du Menhir 2017

24 mai 2017
IMG_1572

Dimanche dernier, j’ai pris le départ du 10,3km de la course nature du Menhir. Après ma grosse déception du semi-marathon de Nantes, j’ai eu envie de reprendre très rapidement le départ d’une course avant que la peur et l’appréhension ne m’envahissent. 

6h45, le réveil sonne…Je prends directement mon petit-déjeuner pour avoir le temps de bien digérer. Je passe prendre mon partenaire de course, Dan et nous partons direction Chateaubriand et plus précisément Saint Aubin les Châteaux, une petite commune rurale située entre Nantes et Rennes et au milieu de nulle part ! Si vous cherchez à prendre le grand air, c’est la destination !

Arrivés sur place, nous retrouvons nos copains de la team We run in nantes, Olivier, Benoit et Freddy. Le temps de s’échauffer, nous encourageons Olivier qui lui, prend le départ du 21km. Il est bien plus courageux que nous !

Ca y est c’est bientôt le départ. Nous ne sommes pas beaucoup, environ 80 personnes… La pression commence à monter. J’ai envie de réussir et de rattraper mon échec du semi de Nantes.

5,4,3,2,1…c’est parti.. et à fond… avec Dan, nous décidons de ne pas suivre les fous furieux et de nous caler au rythme de 4;40. Je regarde Dan, devant pour prendre son rhyme mais j’ai du mal avec le terrain qui est instable. C’est là que je me rends compte que je n’ai vraiment aucune préparation pour la course nature !

dsc_04353__oqd4n0

Vers le 5km, les choses sérieux commencent. C’est une longue montée d’environ 600 mètres qui nous attend dans la forêt.  Devant moi, un homme et une femme, mon objectif les dépasser, ce qui me permettra de prendre un certain rythme et de ne pas me laisser avoir par la difficulté. Chose faîte , chose due !

Ahh! Revoilà un peu de plat. Nous passons devant un bénévole qui me dit que je suis 4ème féminine et qu’il faut que j’accroche pour être au plus près la 3ème mais je sais qu’elle est très loin.

Voilà, une grande descente. J’essaye de suivre Dan, car je sais que les descentes ce n’est pas mon fort mais je me laisse aller. En bas de la descente, on contourne un lac puis je tourne la tête à droite avant de voir : « 200m-18% ». Je crie haut et fort : « Non mais c’est une blague ». Quand je vois la côte, je me dis que ce n’est pas possible mais Dan m’encourage , je raccourcis ma foulée et je le suis. Il gueule mon prénom pour que je ne lâche pas et que je tienne. Nous voilà arrivés en haut ! Victoire ! Nous traversons une chapelle, très original, pour une course nature !

Je regarde ma montre qui m’indique 10km, on ne devrait pas tarder à franchir la ligne d’arrivée mais non en faite, pas vraiment ! Il nous reste pas mal à de mètres à parcourir. Le parcours fait finalement 11km.Le dernier kilomètre passe à une allure folle même si les cuisses commencent à piquer. Plus que 200m avant la ligne d’arrivée. Je donne tout ce qu’il me reste et voilà ça y est c’est fini. Un petit clap dans la main de Dan, car c’est grâce à lui que je termine 4ème féminine. On s’est relayés tout au long de la course. Moi dans les 6 premiers km et lui dans les derniers kilomètres. Merci à toi. J’ai été également super heureuse de partager une course avec lui. A chaque fois, il y a toujours un de nous qui lâche mais cette fois nous avons été unis jusqu’au bout !


Je termine alors les 11km en 54 minutes et des poussières et 34ème sur 82, au classement général. Je suis plutôt satisfaite et un petit peu plus rassurée après mon échec au semi-marathon.

IMG_1500

J’espère que ce petit récit de ma première course nature de l’année vous a plu !

A très vite.

xx

Sport

Compte-rendu : Semi-marathon de Nantes 2017

11 mai 2017
sobhi départ

J’espère que vous allez bien malgré ce temps pourri ! C’est avec un peu de difficulté et le cœur gros que j’écris cet article. Pour ceux qui ne le savent pas, mon semi-marathon ne s’est pas passé comme prévu. Même si cette course restera un mauvais souvenir, j’ai quand même eu envie de vous raconter mon vécu et peut-être que cela m’aidera à tourner la page.

C’est donc début Janvier que j’ai décidé de participer au Semi de Nantes. Après, une première édition qui a eu un franc succès, j’avais à mon tour envie de me lancer dans cette aventure.

Pour ce semi, j’avais comme objectif de battre mon record personnel sur cette distance. J’avais fait 1h41 et quelques poussières au marathon de Nice-Cannes en duo. Cette fois-ci, j’avais envie de faire 1h40. Pour cela, j’ai eu un super coach, Freddy qui m’a préparé un plan d’entrainement. Celui-ci était composé de deux séances de fractionné, d’un ou 2 footings et d’une sortie longue.

Une semaine et demi avant avant le grand jour, mes douleurs aux pieds ont repris de plus belle. Je crois que j’ai comme une aponévrosite plantaire ou une tendinite achilléenne. Je tente tout de même faire un footing mais j’ai juste trop mal et cette sortie se transforme en cauchemar…Bref, j’oublie, je masse mes pieds et je mets des poches de glace pour atténuer la douleur. Mais je ne suis vraiment pas en confiance. Est-ce vraiment raisonnable de courir un semi ? Est-ce que je ne vais pas avoir mal au point d’abandonner ? Je me pose plein de questions mais de toute façon je n’ai pas envie de laisser tomber si près du but.

Le Samedi soir, mes parents couraient les Foulées de l’Eléphant. Je suis donc allée les encourager et je ne me suis pas déplacée pour rien, car mon père terminé a sous les 50min et ma mère sous les 1h ! Et ouai !

Le soir, avant de me coucher, je regarde une dernière fois la météo, car depuis 2 jours, ils annoncent un déluge sur toute la journée du Dimanche, avec des rafales à 50km/h ! Mais rien n’a changé malgré le peu d’espoir que je gardais.

Le lendemain, réveil à 6h15, petit-déjeuner avec des pancakes et du cake à la banane. Le départ est prévu à 8h30. J’ouvre les stores au lever du jour et là… pas de pluie ! Je ne crie pas victoire tout de suite, car ça peut très vite changer ! Puis je quitte mon appartement à 7h30 pour rejoindre toute l’équipe de We run in nantes à la boutique Sobhi Sport. Nous sommes très nombreux ; Thierry, Dan, Georges, Claire, Christophe,… et nos deux meneurs d’allure, Régis (1h45) et Ludovic (2h).

Nous arrivons sur le départ aux alentours de 8h. Une petite photo s’impose et nous prenons place dans le sac entre le 1h30 et le 1h45. L’ambiance est calme et bonne. 8h30, le départ est lancé. Mais malheureusement, je suis prise de stresse et d’euphorie et je pars bien trop vite sur les 2 premiers kilomètres mais sans trop vraiment m’en rendre compte.

photo départ

Puis, j’essaye de reprendre mon rythme mais je vois que je n’arrive pas à me caler sur l’allure prévue de 4;45. Au 6ème kilomètre, je prends conscience que ça va être compliqué et que ce n’est pas mon jour.

FullSizeRender 34

Les prochains kilomètres vont être terribles, car j’ai pas d’énergie et je n’ai pas les jambes. J’ai les yeux qui fixent ma montre et je n’arrête pas de me demander POURQUOI AUJOURD’HUI ?

FullSizeRender 32

Au 13ème km, je vois Régis, le meneur d’allure d’1h45 me rattraper. Gros coup au moral. Je décide alors de l’attendre et Régis me dit de rester avec eux quand à ce moment il annonce « On va accélérer un peu ». Et là je me dis « NOOOOOOON ». Le cauchemar continue. Je n’arrive pas à suivre la cadence et ça me redonne un coup au moral, car lors de mon premier semi marathon, j’avais suivi Régis sans problème alors que je n’avais aucun entrainement….bref, j’oublie et j’essaye tant bien que mal de mettre un pied devant l’autre et de me caler à 5;00 au kilomètre. Mais impossible, mon corps est fatigué…

Je passe le 16 km et là je n’en peux plus, mes jambes ne veuillent plus avancer et je ne sais plus où aller chercher le peu d’énergie qu’il me reste. J’ai juste envie de pleurer et de comprendre pourquoi il faut que ça m’arrive aujourd’hui.

Un peu plus tard, je retrouve Pierrick, de la team We run in nantes qui va trouver les mots pour me remonter le moral et me redonner des forces pour continuer. Puis je le lâche vers le hangar à bananes, car je n’en peux plus. J’ai retrouvé une allure de 5;00min au kilomètre mais je n’arrive pas à le suivre. Je suis au bout de la roulette ! J’ai vraiment du mal à accepter la situation. J’évite d’y penser et je pense juste à continuer, car je ne veux pas abandonner.

Puis, on passe au 20ème km. Je vois d’abord mon père qui prend des photos puis ma mère et là j’éclate en sanglots. Oui, parce que j’ai l’impression qu’il se sont déplacés pour rien et que ça ne sert à rien d’encourager une performance telle que celle-ci. Puis finalement, je suis attristée, car ce n’est pas la première fois que ce genre de situation m’arrive. Mais Pierrick reprend vite les choses en main et ne me laisse pas tomber.

FullSizeRender 33

Le dernier kilomètre est interminable, avec plein de virages. Même si je connais le parcours, j’ai eu l’impression que la dernière ligne droite avant d’atteindre le tapis rouge n’a jamais été aussi longue. Je vois le chrono officiel au loin et j’aperçois 1h49. Il est donc hors de question que je passe au-dessus de 1h50. Je donne alors tout ce que je peux pour passer cette fameuse ligne d’arrivée. On me met une médaille autour du coup mais je déteste cette médaille.

médaille arrivée

En ce qui concerne la météo, et bien grande surprise puisque nous avons eu aucun gouttes de pluie !

Le parcours est plutôt roulant. Nous traversons le centre-ville, le village de Trentemoult, la fameuse zone industrielle de Rezé et une grande partie du semi se fait également le long des bord de Loire.

RESULTATS

Je termine alors ce semi-marathon en 1h49, très loin de mon objectif fixé qui était d’1h40. Ce semi a été compliqué du début jusqu’à la fin. Je termine 70ème de ma catégorie sur 547 et 1354 sur 3547 participants.

LA LECON DE CETTE COURSE

Il y a plein de raisons qui peuvent faire que le jour J, ça ne fonctionne pas. La forme du jour n’est pas bonne, la météo n’est pas favorable, une blessure qui survient pendant la course… Mais est-il nécessaire de s’en faire trop longtemps ? Certes c’est décevant, mais les échecs font partie du jeu. On fait de bonnes et de mauvaises courses, c’est comme ça. Mais avoir confiance en soi c’est aussi reconnaître si un échec est dû à nous ou pas. Parfois on n’y peut rien, on doit faire avec et se dire que si on a rien à se reprocher ce n’est que partie remise…

Dans un premier temps, il est vraiment nécessaire que je peux prenne confiance en moi, c’est à dire me mettre toutes les chances de mon côté pour réussir mais cela ne veut pas dire forcément réussir !

J’espère un jour reprendre ma revanche sur cette distance, même si pour le moment, j’ai une appréhension de reprendre le départ d’une course.

Je tiens également à féliciter tous les copains de We run in Nantes. Et encore un grand merci à Freddy pour ses encouragements et son plan d’entrainement, même si le résultat n’est pas là…

photo arrivée

A très vite !

Sport

Compte-rendu : Les 10km des foulées de Saint-Sébastien

22 avril 2017
juju st seb

Ah enfin, un 10km tant attendu…J’avais vraiment envie de prendre ma revanche sur cette distance après mes échecs au 10km de l’Equipe et au 10km du Run In Lyon, en 2016 J’avais fait des chronos catastrophiques…au-dessus de 50min.

Ce 10km faisait partie de ma préparation au semi-marathon. J’ai alterné séances de fractionné, footings, et sorties longues. Et cette fois-ci, une partie de moi-même avait envie de faire 45min.

Le départ étant prévu à 10h, nous avions prévu avec mes copains de l’association We run in Nantes d’être sur place aux alentours de 9h15 pour avoir le temps de s’échauffer. Réveil donc vers 7h30. Je prends mon petit-déjeuner, qui ne change pas de celui que je prends tous les jours en semaine : des tartines avec du beurre de de la confiture ! J’évite juste de boire trop de liquide, de peur d’avoir envie de faire pipi !

Arrivés sur place, on se retrouve tous nous partons s’échauffer. Après, 20min d’échauffement, nous prenons la direction du départ où nous essayons de ne pas se placer trop loin de la ligne de départ, car il n’y a pas de puce sur notre dossard. Je garde un oeil sur Thierry, qui sera mon meneur d’allure pour 45 minutes. Bon ça se voyait pas, mais j’étais vraiment en stress, car j’avais vraiment envie de les faire ces 45 minutes. Allez zou, c’est parti !

17620211_932483496889121_7751778974234860111_o

Comme prévu, je me cale sur l’allure de Thierry, sans trop regarder ma montre. Je sais juste qu’il faut que je sois aux alentours de 4;30 ou un peu en-dessous si possible pour tenter de battre mon record. Ca va être dur mais ces dernières semaines, je me sens bien, et aujourd’hui aussi. 1km, 2km, 3km, les kilomètres passent à toute allure !

Au 5ème kilomètre, je suis toujours à côté de Thierry et je m’accroche. Au 7ème kilomètre, je commence à avoir un gros coup de fatigue. J’ai eu une semaine assez chargée au travail et je pense que je n’ai pas assez dormi et le la fatigue doit se faire ressentir. Thierry décide donc de ralentir un peu le rythme pour que je reprenne quelques forces au niveau mental et physique. C’est dur mais je ne veux rien lâcher. Il reste 1km au dernier virage. Je laisse Thierry partir mais quelqu’un me double et me booste et je me rends compte que j’ai encore les jambes pour accélérer. Je recentre toutes mes forces pour terminer ce dernier kilomètre en 4;24.

Je passe l’arche avec moins de 45 minutes à ma montre, mais je ne connais pas le chrono exact de la course qui sera différent puisque je suis partie 10s environ après le départ. Mais je m’en moque, car je suis trop contente d’être passée sous la barre des 45 minutes. C’est ma victoire ! Merci beaucoup Thierry !

Résultats

J’ai donc fait 44.56 sur ma montre et 45.02 sur le chrono de la course. C’est donc la première fois que je tourne un 10km autour dans ces temps-là. Mon meilleur temps était de 46;36, réalisée en Février. Je n’en reviens pas. Il y a un an, je courais le 10km en 47 minutes. Je suis sur un petit nuage et je suis très fière de moi.

On retrouve ensuite, tous les copains, Olivier, Lauriane, Kristina, Dan…

Je tiens également à tous les féliciter pour leurs performances.

FullSizeRender 31

lolo et mpi

 

A très vite !

Sport

Compte-rendu : L’Herculéenne 2017

14 avril 2017
Lolo et moi herlculéenne

Sauter, grimper, courir, escalader, rouler, ramper… bref, j’ai participé à la 5ème édition de l’Herculéenne.

C’est Lauriane, au mois de Janvier, qui m’a proposé de participer à cette course d’obstacles. Cela faisait un petit moment que je souhaitais essayer et que je ne trouvais personnes pour m’accompagner dans cette folle aventure. C’est donc, sans hésitation que j’ai dit « oui » à Lauriane !

Au programme ; 7 ou 13km. Comme c’était notre première course d’obstacles, nous avons préféré opter pour le 7km. C’était un moyen de débuter dans cette nouvelle épreuve, encore inconnue pour nous.

Le Jour J

Notre vague partait à 12h20, donc nous n’avons pas eu trop besoin de nous lever aux aurores même si nous avions quand même presque 2h de route.

Arrivées sur place, nous sommes de suite mis dans le bain, car nous devons nous garer sur un parking tout terrain… Pas sûr que ma voiture apprécie vraiment !

17621864_10158413268750263_5891299255424278892_o

Puis, on va chercher notre dossard et nous découvrons l’ambiance de la course qui a l’air vraiment sympa. On se change (oui, oui, on a un équipement bien spécial pour ce genre d’épreuve) ! Disons, que nous n’avons pas mis notre teeshirt de la dernière collection d’Adidas et des chaussures toutes neuves !

Puis il est déjà l’heure de partir s’échauffer ! La course se fait en binôme, donc on m’attache le poignet gauche avec le poignet gauche de Lauriane. Pas évident de s’échauffer de cette manière !

Les premières vagues partent et nous les observons lors du deuxième obstacle… une mare de boue… et là je me dis : »Oh mon dieu, bientôt ça sera nous ». J’essaye d’observer quelle technique il faut adopter pour ne pas tomber tout le corps entier.

au départ

Ça y est, c’est enfin le départ de notre vague et du grand bain… oui oui grand bain, puisque dés le deuxième obstacle, avec Lauriane nous tombons complètement le corps entier dans la mare de boue et impossible de me relever tellement je riais !

big smile

17626469_10158418583550263_115621062132782307_n

Nous continuons le parcours entre des ponts de singes, des tubes, des filets sur l’eau, des échelles suspendues, un toboggan, des bottes de paille.. bref, je ne vais pas tout vous détailler, car il y avait en tout 40 obstacles !

17635545_10158419831195263_5037497838580992098_o 17834318_1888278211413543_846361675232906559_o 17834853_1888280904746607_3488221678541069860_o 17834060_1888271538080877_7319538716958974039_o 17761207_1886512861590078_752486557961229121_o

Bilan 

C’était notre première course d’obstacles et nous avons adoré ! Même si un ou deux obstacles étaient difficiles, nous avons trouvé cela moins dur qu’on ne le pensait. Nous avons également apprécié la course nature entre les obstacles. Surprenant mais vrai, nous n’avons jamais eu froid ! J’ai eu également un binôme parfait. Nous nous sommes toujours aidées et attendues, pas seulement parce que la course devait se faire en binôme mais qu’avant tout, dans ce genre d’évènements c’est la solidarité et l’entraide qui prônent.

IMG_8121

L’Herculéenne était alors une préparation à notre prochaine course qui est la Mud Day Bretagne !

A très vite… pour de prochaines aventures !